ArcelorMittal verrouille sa communication vis-à-vis de la presse

"Welcome to the ArcelorMittal's conference call…" (voix préenregistrée, presque déshumanisée, accompagnée d’une petite musique de gare). Le groupe Arcelor Mittal a savamment verrouillé sa communication ce jeudi: un communiqué et puis une conférence de presse… mais téléphonique, sans contact : "Bienvenue à la conférence de presse d'ArcelorMittal, (…) sera votre interlocuteur" (nouvelle voix préenregistrée).

"Alors pourquoi cette annonce ?", lance Bernard Dehut. La première justification est macro-économique : "La demande d'acier en Europe a encore chuté et vous devez savoir que le niveau actuel est de 29% en-dessous des niveaux avant la crise." (extrait n°2)

La seconde raison des nouvelles fermetures d'outils, c'est la longueur des négociations suite à l'arrêt des hauts-fourneaux, cela a coûté 5 millions par mois : "Nous souhaitons demander aux représentants syndicaux de consentir à entrer dans un dialogue constructif. " (extrait n°3)

Mais comment croire que ce plan -plus personne n'ose encore parler de plan de redéploiement- comment croire que ce plan ne sera pas suivi d'un autre plan ? Réponse, toujours par téléphone : "C'est un vrai projet industriel et ce n'est pas une étape, ce n'est pas du tout le scénario que nous voulons suivre."

La fin de la phrase n'est pas très audible, ce n'est pas du tout l'hypothèse suivie aujourd'hui ; "aujourd'hui", c'est sans doute le mot le plus important… Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Michel Grétry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK