ArcelorMittal: pas de sauvetage de la sidérurgie liégeoise et ultimatum

Il n'y aura pas de sauvetage de la sidérurgie liégeoise. Seules subsisteront cing lignes à froid
Il n'y aura pas de sauvetage de la sidérurgie liégeoise. Seules subsisteront cing lignes à froid - © BELGA PHOTO NICOLAS LAMBERT

Le dossier de la sidérurgie liégeoise est entré en phase terminale. Les décisions sont imminentes, et elles ne sont pas positives. Ce mardi, la direction a posé un nouvel ultimatum: elle veut pour lundi un engagement ferme à boucler un accord avant la fin octobre. Mais c'est jeudi, lors d'un comité restreint du gouvernement wallon que les couperets devraient tomber.

C'est le plan "cinq lignes", et rien d'autres. Le groupe MITTAL n'a fait qu'adoucir son plan de fermeture, et le ministre de l'Economie Jean-Claude Marcourt n'en n'a rien tiré de plus. Pas d'acquéreur, pas de nationalisation, pas de portage pour les hauts fourneaux et aciérie ; juste cinq laminoirs à froid, que la multinationale s'engage à conserver.

La direction, ce mardi, a demandé aux syndicats de s'engager à boucler les négociations sociales avant la fin octobre. Le groupe MITTAL exige une réponse claire et nette pour lundi. D'ici là, les délégué du personnel auront assisté à un comité restreint du gouvernement wallon, jeudi. Une rencontre discrète avec le président s'est déroulée, récemment. Les socialistes cherchent, apparemment, à mouiller leurs partenaires de majorité, démocrates humanistes et écologistes, dans l'annonce des mauvaises nouvelles, histoire de ne pas assumer seuls politiquement l'échec. Histoire, également, de finaliser la vente de la cokerie. C'est deux cent cinquante emplois. Ce n'est pas rien. Mais des difficultés de dernière minute surgissent. Le groupe MITTAL, selon nos informations, ne céderait pas directement à la société OXBOW, mais d'abord à la Région, qui, dans l'heure, refilerait l'outil à OXBOW. Mais pourquoi complexifier à ce point l'opération ? Peut-être parce qu'il y a une différence entre le prix de vente et le prix d'achat... Et mettre de l'argent public, encore, pour sauver une usine qui ne respecte aucune norme d'environnement, ça fait grincer des dents...

Retour à la case de janvier 2013

Contactée par la RTBF, la direction Europe d'ArcelorMittal déclare à propos de la vente de la cokerie "être en phase de ‘due diligence’ (vérifications) pour la vente à Oxbow" et que c’est ArcelorMittal qui vendrait au nouveau acquéreur Oxbow. Le rôle de la Région serait d'apporter des garanties pour le renouvellement des permis environnementaux. Plus question donc, semble-t-il, de céder à la Région qui cèderait à Oxbow."

"Le processus est en bonne voie, c’est une question de semaines" ajoute la porte-parole du groupe. Mais les autorités politiques communales et régionales doivent accorder leurs violons. Par ailleurs, la direction du groupe attend une approbation globale du plan du "froid", lundi prochain, pour finaliser le processus.

"En l’absence d’une réponse positive des syndicats pour ce lundi 9 septembre 2013 à 12H, la Direction n’aurait plus d’autre choix que de mettre en œuvre rapidement et dans le respect de la loi le plan initial tel que présenté le 24 janvier 2013.", a prévenu Bernard Dehut, CEO d’ArcelorMittal Liège.

 

Michel Gretry et Françoise Gilain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK