ArcelorMittal met temporairement à l'arrêt une ligne de décaperie du site de Tilleur

ArcelorMittal met temporairement à l'arrêt une ligne de décaperie du site de Tilleur.
ArcelorMittal met temporairement à l'arrêt une ligne de décaperie du site de Tilleur. - © RTBF

Le conseil d'entreprise de rentrée pour le groupe Mittal s'est tenu ce jeudi. A la surprise des syndicats, la direction a annoncé la fermeture d'une ligne de décaperie, à l'usine Ferblatil. Une fermeture provisoire, disent les patrons, et qui concerne une quinzaine d'emplois.

L'arrêt de cette décaperie, l'une des deux de l'usine Ferblatil, constitue en réalité une demi-surprise. Cet outil est inscrit dans la liste des sept fermetures annoncées en janvier. Il est condamné. Mais la phase un des négociations sociales de ce plan n'est pas encore terminée. L'annonce de ce jeudi apparaît donc comme une anticipation. Sans plus.

Sauf que c'est déjà la troisième ligne, sur sept, après le "train à large bande" et l'unité quatre de galvanisation, dont l'arrêt de mort est prématuré. La mesure est certes qualifiée de temporaire, mais personne ne doute de son caractère définitif. Pour les syndicats, le groupe Mittal, petit à petit, court-circuite la loi sur les licenciements collectifs.

Les conséquences sur l'emploi restent heureusement limitées: une quinzaine d'ouvriers sont touchés. Il est prévu de les mettre en chômage économique, et il n'est pas exclu d'en recaser l'un ou l'autre en remplacement des collègues qui, à la fin septembre, doivent partir en prépensions. C'est du moins ce que demandent les délégués du personnel. La fin des congés d'été ne se présente pas sous les meilleurs auspices, dans la sidérurgie liégeoise.

"Liège ne doit pas devenir la poubelle de la sidérurgie"

Et cette sidérurgie ne doit pas prendre Liège pour une poubelle. C'est la déclaration-choc choisie par le ministre wallon écolo Philippe Henry pour marquer la rentrée. Philippe Henry veut remettre l'environnement au centre des débats sur le rachat de la cokerie. Si un repreneur se présente, il devra se mettre aux normes de rejet de particules. Et les investissements annoncés par le candidat Oxbow Mining risquent de ne pas suffire. Écoutez ci-contre l'interview du ministre.

 

M. Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK