ArcelorMittal Liège: la concertation est à l'arrêt jusqu'à jeudi

La conciliation sociale avait débuté lundi matin à Seraing, entre direction et syndicats d'ArcelorMittal. En cause: le volet social de la fermeture de la phase à chaud liégeoise. Au total, 795 pertes d'emplois son en jeu. Mais la journée s'est terminée sur un échec.

"Ce qui est sur la table aujourd'hui est inacceptable", a déclaré David Camerini, président de la délégation CSC, à la sortie de cette réunion. Cette tentative de conciliation avait  été décidée à la suite des discordances entre la position des syndicats et celle de la direction en ce qui concerne les conditions d'octroi des prépensions. Pour les syndicats, ce volet est crucial. Ils ont obtenu les départs à la prépension à 52 ans. Ils ne sont cependant pas d'accord sur les modalités financières des départs. La concertation reprendra jeudi matin, à 09h30.

Rétroactes

Suite au désaccord profond, vendredi, sur les conditions de prépensions proposées par la direction, les syndicats avaient fait appel au conciliateur social pour remettre les parties autour de la table. Une réunion de la dernière chance en quelque sorte.

"Le constat qu'on a fait la semaine passée, c'est qu'on avait plus aucune possibilité de discuter avec la direction locale" souligne Robert Rouzeuw, président de la délégation FGTB. "On a donc demandé que le conciliateur vienne, considérant qu'on n'est pas en blocage mais qu'on est en rupture vu que la direction nous indique qu'elle n'a plus aucun autre moyen pour améliorer les conditions". La journée de lundi n'aura pourtant pas permis de réelle avancée. Tout le monde se remet à la table dans trois jours.  

E. Dagonnier et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK