ArcelorMittal: les sites de Kessales et Ramet reprennent mardi, pas Tilleur

Le personnel de Flémalle se ralliera à la position majoritaire. Les travailleurs du site de Tilleur ont voté lundi en fin d'après-midi la poursuite de la grève pour une durée indéterminée, d'après des sources syndicales.

Les syndicats ne criaient pas victoire mais après des jours de négociation, ils estiment que ce préaccord est acceptable. Il intervient dans le cadre de la procédure Renault enclenchée suite à l'annonce de la fermeture d'une bonne partie de la sidérurgie à froid. D’après nos informations, il devrait y avoir beaucoup moins de pertes d'emploi que prévu.

1300 pertes d'emploi étaient initialement prévues, il pourrait n'en rester que quelques dizaines. "Ils prévoient une indemnité de licenciement d’un montant forfaitaire de 3250 euros multiplié par les années d’ancienneté du travailleur, plus un montant variable, détaille Jordan Atanasov (président du secteur sidérurgique liégeois de la CSC). Pour le reste, ce sont principalement des mesures qui limitent la perte d’emplois. Il y a la création d’une filiale qui permettrait d’accueillir 137 travailleurs. Il y a la création d’une entreprise de démantèlement qui permettrait d’accueillir 75 travailleurs. Et troisième élément : c’est la création d’une entreprise qui accueillerait 200 travailleurs."

Deux inconnues subsistent: l'accord de la ministre de l'Emploi sur les prépensions à 52 ans et demi, et la reprise de la cokerie. 600 travailleurs sont concernés par ces deux inconnues.

Et pour les prépensions, le ministre régional de l’Économie Jean-Claude Marcourt se veut très clair. "Je ne comprendrais pas que le fédéral ne valide pas les prépensions. Il y a une semaine, le conciliateur a demandé à la Région wallonne de s’investir dans ce dossier alors que les négociations sociales sont une compétence fédérale. Et donc, je ne comprendrais pas qu’il n’y ait pas un geste équivalent – ou même supérieur – à ce qui a été fait pour Ford Genk."

La direction liégeoise du groupe se dit satisfaite. Elle précise que ce préaccord répond à certaines demandes des syndicats et rencontre l'objectif de faire d'ArcelorMittal Liège un site rentable, avec des "produits à haute valeur ajoutée".

Mais le personnel de Ferblatil, à Tilleur, a donc décidé de poursuivre le mouvement de grève, estimant que le préaccord demeure insuffisant. Le packaging, activité située à Tilleur, avait connu une véritable saignée en 2008 avec la perte de 350 emplois. "Certains sites comme Tilleur ou Marchin sont plus impactés que d'autres malgré la création de la filiale et du pôle de compétences", reconnaît David Camerini, le président de la délégation CSC Metea.

RTBF, avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK