ArcelorMittal investit 92 millions à Dunkerque: amertume liégeoise

ArcelorMittal investit 92 millions à Dunkerque: amertume liégeoise
ArcelorMittal investit 92 millions à Dunkerque: amertume liégeoise - © RTBF

Alors que les négociations de la phase 2 de la restructuration d'ArcelorMittal viennent de commencer, la multinationale annonce un gros investissement dans le nord de la France, à Dunkerque. Le troisième haut-fourneau de ce site maritime va être rénové, pour 92 millions d'euros. De quoi retourner le fer dans la plaie des sidérurgistes liégeois.

La justification économique de la fermeture des hauts-fourneaux liégeois, c'est la crise mondiale de l'acier. La crise, elle est difficile à nier. En cinq ans, la demande de tôles, sur le continent européen, a chuté de 20%. Mais les prévisionnistes annoncent le retour de la croissance de 2% pour 2014. D'ailleurs, les aciéries françaises d'ArcelorMittal tournent à plein régime depuis plusieurs mois. D'où cette décision de dépenser une petite centaine de millions pour rénover un des trois hauts-fourneaux que le groupe possède dans le département du nord.

D'un côté, les travailleurs liégeois peuvent s'en réjouir: c'est cet outil qui doit les fournir en bobines à laminer. Les problèmes de rupture d'approvisionnement, qu'ils ont connus par le passé, vont sans doute diminuer.

Mais l’annonce de ce mercredi a surtout un goût amer pour nos sidérurgistes. Elle démontre la nécessité, pour ArcelorMittal, d'augmenter sa capacité de production, en tout cas à moyen terme. Il s'en déduit que l'une ou l'autre usine, lorraine ou wallonne, aurait pu, aurait dû échapper à la fermeture, fermeture dictée non industriellement mais financièrement par la recherche du profit le plus immédiat.

Mais il est sans doute trop tard pour ruminer ce genre de considération.

 

M. Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK