ArcelorMittal annonce l'arrêt temporaire du train à large bande de Chertal

Seul outil survivant de la phase à chaud liégeoise, le TLB ne tournait plus qu'à environ 35% de ses capacités et le personnel subissait déjà des périodes de chômage.

Selon les syndicats, la direction avait déjà laissé savoir que la ligne pourrait être mise à l'arrêt quand la procédure Renault concernant la fermeture du chaud à Liège serait terminée.

Le TLB n'est pas concerné par les 138 millions d'investissements annoncés par ArcelorMittal dans la phase à froid.

"On est en train de détricoter tout le bassin liégeois" (CSC)

Toujours selon le syndicat, la direction s'est appuyée sur le contexte économique "catastrophique" pour expliquer cette mise à l'arrêt. "Nous avons été convoqués par la direction avant le conseil d'entreprise pour être avertis de cette décision. On nous parle d'arrêt temporaire pour une période indéterminée. On avance aussi la possibilité de remise en route lors du second semestre de l'année 2013. Hélas, on sait trop bien ce que ça signifie chez ArcelorMittal une mise à l'arrêt temporaire", expose David Camerini de la CSC.

La fermeture temporaire du TLB sera abordée ce vendredi lors de la réunion tripartite sur le volet industriel qui réunira la direction d'ArcelorMittal, les syndicats et des représentants de la région wallonne.

"La direction nous parle de plan d'avenir. Le problème est que nous n'avons aucune garantie. On est en train de détricoter tout le bassin liégeois", regrette David Camerini.

Les syndicats se préparent à aller à la rencontre des travailleurs pour leur faire part de l'annonce de la direction et pour tenter de trouver avec eux des solutions de reclassement et de chômage économique.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK