Aquascope de Virelles: un premier cigogneau est sorti de sa coquille

Nous relations il y a quelques semaines la présence exceptionnelle d'un couple de cigognes blanches dans le nid aménager sur un îlot de l'étang de Virelles. Rapidement, il est apparu que ce couple veillait avec attention sur le nid, dans l'attente d'un heureux événement. Depuis jeudi, le comportement du couple a évolué. Il n'y a plus de doute, le premier cigogneau a percé sa coquille.

Depuis le début du mois de mai, la femelle et le mâle se relayaient, assurant une présence continue dans le nid. Les œufs ont donc de manière ininterrompue bénéficié de la chaleur corporelles d'une des deux cigognes blanches. 

Depuis ce jeudi, la femelle garde le nid pendant la journée et, signe qui ne trompe pas, distribue régulièrement de petites quantités de nourriture dans le fond du nid.

Impossible actuellement de savoir actuellement combien de cigogneaux verront le jour. Ce qui est certain, c'est ce que ce sont des heures d'observation qui s'annoncent pour les gestionnaires de la réserve et pour tous les ornithologues professionnels ou amateurs. En effet, si la croissance des cigogneaux est rapide, il faudra tout de même deux mois avant de les voir prendre leur envol. Les allers et retours vers le nid seront alors nombreux. Les deux mois qui viennent seront donc riche en images passionnantes. Pour permettre aux visiteurs de l'Aquascope de Virelles d'en profiter, des ornithologues accueilleront chaque jour les amateurs avec un matériel d'observation spécialisé pour commenter cette nidification exceptionnelle.

Vers la mi-août, les cigognes quitteront Virelles pour gagner l'Afrique où les oiseaux passeront l'hiver. Mais lorsqu'on sait que les cigognes reviennent souvent vers le lieu qui les a vu naître, ce sont peut-être là les premiers individus d'une longue lignée qui ont vu le jour à Virelles.

Nicolas Rondelez

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK