Après le lait bio, le lait "de chez nous", voici le lait de "vaches nourries aux herbes"

Nourries avec de l'herbe, les vaches donnent un meilleur lait
Nourries avec de l'herbe, les vaches donnent un meilleur lait - © Tous droits réservés

Nourrir les vaches essentiellement avec de l'herbe, plutôt qu'avec des compléments protéinés, augmenterait les qualités nutritionnelles du lait. C'est ce que montre une étude réalisée par le centre de recherche agronomique wallon de Gembloux (CRAW).

Les résultats définitifs de ce travail scientifique ne seront pas publiés avant la fin de l'année, mais les principales conclusions sont déjà tirées. Schématiquement,  l'étude a comparé deux approches nutritives différentes.

D'un côté, des vaches laitières nourries à grand renfort de tourteaux de soja, modèle d'une agriculture intensive qui dope l'apport en protéines pour produire toujours plus de lait, jusque 30 litres par jour pour une seule vache. Et de l'autre côté, des vaches nourries avec l'herbe des prairies, modèle d'une agriculture plus autarcique, moins productiviste, mais pas nécessairement moins rentable.

Ce second modèle serait non seulement plus écologique, en réduisant de 25 % les émissions de gaz à effet de serre des troupeaux, mais il serait aussi meilleur pour notre santé. "Un lait produit à l'herbe, explique Eric Froidmond, chercheur au Centre de recherche agronomique de Gembloux, est notamment plus riche en acides gras polyinsaturés, un facteur limitant le mauvais cholestérol et les risques cardio-vasculaires."

Dans ce modèle, chaque vache produit certes moins de lait. Mais l'éleveur dépense également moins d'argent pour la nourrir. La marge bénéficiaire n'est pas nécessairement moins bonne.

A condition que, comme pour le bio, ce lait produit avec de l'herbe soit collecté et vendu dans une filière séparée, une filière au bout de laquelle le consommateur accepte de payer son carton de lait un peu plus cher.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK