Après le bad buzz, Delhaize veut réduire de 80% le plastique au rayon fruits et légumes: démarche sincère ou marketing?

Le groupe Delhaize a décidé de se mettre au vert. L’enseigne de supermarchés vient de lancer un plan de durabilité. Parmi les objectifs affichés, celui de réduire massivement l’usage des emballages en plastique.

Cela commence par les rayons dédiés aux fruits et aux légumes. Dans ces allées, les emballages plastique sont omniprésents. Mais Delhaize veut pouvoir conjuguer cette phrase au passé. Comment ? En remplaçant les fruits et légumes préemballés par du vrac. Ce procédé a déjà été testé dans dix supermarchés et les résultats sont au rendez-vous. « Aujourd’hui, on a fait un énorme travail, on a réduit notre plastique de 80% dans l’ensemble du rayon », explique Marie Delvaux, en charge de la durabilité chez Delhaize. Néanmoins, le plastique n'a pas encore disparu à 100%. La responsable durabilité explique que c'est « soit pour des raisons de consommation, soit parce qu’on n’a peut-être pas encore trouvé la solution avec notre fournisseur ».

Mais ce plan ne s'arrête pas au rayon fruits et légumes. La boucherie, la poissonnerie, le rayon des boissons devraient aussi voir la quantité de plastique diminuer. Au total, Delhaize souhaite réduire de 25% les emballages plastiques à l'horizon 2025, et les plastiques encore utilisés à ce moment-là devront être recyclables ou réutilisables.

Bad buzz

Il y a quelques semaines, Delhaize vécu un bad buzz. En cause : une opération commerciale dans ses magasins où de petites briques de type « Lego » en plastique suremballées étaient offertes lorsque le total des achats dépassaient un certain montant

Si on peut penser que l'initiative de Delhaize est une réponse à cette polémique, cela ne s'arrête pas là. Une vaste tendance à la réduction du plastique traverse actuellement les enseignes de grande distribution. « Les clients nous disent : 'Vous ne pouvez pas être un retailer qui annonce une alimentation de plus en plus saine, de plus en plus équilibrée, et en même temps ne pas intégrer l’aspect durabilité' », témoigne Xavier Piesvaux, patron de Delhaize Belgique. Il y a donc une demande claire des clients pour plus de durabilité.

« On fait en sorte de transformer notre modèle de fonctionnement pour pouvoir effectivement rendre des produits avec un bilan neutre en carbone, neutre en plastique et neutre en gaspillage alimentaire », répond-il à la demande d'un commerce plus durable. À côté de la chasse au plastique, Delhaize compte aussi réduire le gaspillage alimentaire en renforçant la collecte et les dons alimentaires. Il y a également toute une stratégie pour afficher un bilan carbone neutre d’ici 2021.

Greenwashing ?

Est-ce que tout ça n’est pas une grande et belle opération de communication, ce qu’on appelle généralement du greenwashing ? Difficile de le nier. Pour Christophe Sancy, rédacteur en chef du magazine spécialisé Gondola, la démarche des grandes enseignes de la distribution est tout de même sincère, pour une raison assez simple. « C’est dangereux de ne pas être sincère dans cet univers », explique-t-il.

Selon cet analyste, le consommateur est aujourd'hui proactif et il s'intéresse à ce genre de démarche. « Le consommateur est très exigeant et décèle les impostures , ajoute-t-il. Je pense donc que les choses s’accélèrent de plus en plus, qu’un vrai travail de fond est mené et que c’est un travail complexe, parce que c’est un travail qui ne se mène pas tout seul, c’est un travail avec les fournisseurs, c’est un travail avec le consommateur parce qu’il y a des consommateurs conscients et il y en a d’autres qui ont besoin qu’on les emmène dans une pédagogie. »

D'autant que dans le monde extrêmement concurrentiel de la grande distribution, avec des marges bénéficiaires faibles, on ne peut négliger aucun segment de la clientèle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK