Après Evere, c'est Saint-Josse qui veut décourager la vente de protoxyde d'azote

A Saint-Josse, le bourgmestre veut mettre le "hola" à la vente de ces petites capsules argentées… (illustration)
A Saint-Josse, le bourgmestre veut mettre le "hola" à la vente de ces petites capsules argentées… (illustration) - © RTBF

Le protoxyde d’azote, c'est ce que l'on appelle aussi gaz hilarant. Ça sert de gaz propulseur pour les siphons à Chantilly, mais il est aussi utilisé par certains jeunes pour ses effets euphorisants. A Saint-Josse, le bourgmestre veut mettre le "hola" à la vente de ces petites capsules argentées…

Émir Kir a en effet pris mardi un arrêté de police avec effet immédiat. Il interdit pour six mois la vente à l'unité de ces capsules dans les commerces de la commune, ainsi que la vente aux mineurs d'âge. Il interdit aussi la consommation de ce gaz hilarant sur la voie publique.

Des mesures justifiées par la présence de nombreuses cartouches abandonnées en rue et aussi par les nuisances sonores provoquées par les consommateurs sous l'influence de ce produit.

Selon le centre antipoison, le produit peut provoquer des malaises ou une sensation d'ébriété et donc, provoquer des chutes ou des accidents de la route. Plusieurs communes bruxelloises, dont Evere et (à présent) Saint-Josse, ont voulu prendre des mesures pour enrayer ce phénomène.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK