Anvers: la N-VA entame des négociations "formelles" avec les socialistes et les libéraux

Bart De Wever à la sortie de l'isoloir le 14 octobre dernier.
Bart De Wever à la sortie de l'isoloir le 14 octobre dernier. - © DIRK WAEM - BELGA

Cinq semaines après les élections communales, les discussions en vue de former une coalition à Anvers prennent un tournant inattendu. Bart de Wever a annoncé entamer des "négociations formelles" avec les socialistes du SP.A et les libéraux de l'Open VLD. De quoi appuyer aussi sa récente déclaration surprise sur la chaîne VTM, à laquelle il affirmait qu'il "en avait marre des conflits avec la gauche" et qu'il voulait "réconcilier".

Voilà donc les cartes redistribuées à Anvers. Si ces négociations aboutissent, le CD&V, actuel partenaire de la coalition, serait exclu de l'équation. Bart de Wever ne s'en était d'ailleurs pas caché, il estimait que la reconduction de la majorité N-VA (23 sièges) - CD&V (3 sièges) - Open VLD (2 sièges) était trop serrée avec seulement 28 sièges sur 55.  Quant à Groen, deuxième parti à Anvers avec 11 sièges, lui aussi est aujourd'hui hors jeu, Bart de Wever estimant que les verts ne font "pas preuve d'ambition pour prendre des responsabilités". Groen n'a pas tardé à réagir a son éviction, déplorant l'absence de "changement de cap" à Anvers 

Un retour très délicat des socialistes 

Le bureau de parti des socialistes anversois a donné son feu vert à des pourparlers avec la N-VA mais la tête de liste du parti à Anvers, Jinnih Beels, a aussi prévenu que les discussions ne seraient pas faciles. "Nous ne voulons pas expliquer à nos enfants que nous n'avons pas essayé" a-t-elle expliqué, précisant que son parti voulait se saisir de l'opportunité pour mettre un accent "social et durable autant que possible ", alors que les défis pour la plus grande ville de Flandre "sont grands".

Mais entre N-VA et SP.A, les relations ne sont pas des plus paisibles. Il y a 6 ans, après avoir remporté les élections, Bart de Wever n'avait pas manqué de souligner avoir mis fin à 70 ans de présence socialiste à l’hôtel de ville de la métropole. Un épisode resté évidemment en travers de la gorge des rouges mais qui pourrait aussi avoir des conséquences à la N-VA. Le fait de faire revenir les socialistes risque en effet d'être perçu comme un signe de faiblesse par l’arrière-ban de la N-VA.

Quant à l'Open-VLD, troisième acteur de ces discussions, sa tête de liste Philippe De Backer, a confirmé que son parti rejoignait la table des négociations avec les socialistes et les nationalistes. "L'Open VLD prend ses responsabilités (...) Nous allons faire de notre mieux pour parvenir à une gestion cohérente, positive et stable pour l'avenir d'Anvers en mettant toujours en premier ses habitants".

Une coalition N-VA-SP.A-Open VLD représenterait 31 sièges sur 55. De quoi avoir les coudées franches. Mais pour l'heure, il faut rester prudent, les discussions ne font que commencer.... 

Archive : déclarations de Bart De Wever lors des élections communales (14/10/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK