Antoine Rose, ce photographe qui prend (beaucoup) de hauteur pour mieux observer les humains

Antoine Rose expose ses prises de vues aériennes aux Écuries, à Waterloo. En arrière-plan, une célèbre compétition de ski de fond, en Suède.
6 images
Antoine Rose expose ses prises de vues aériennes aux Écuries, à Waterloo. En arrière-plan, une célèbre compétition de ski de fond, en Suède. - © DR

Il faut parfois prendre de la hauteur pour mieux observer... Antoine Rose, photographe originaire de Waterloo, a décidé de prendre l'expression au pied de la lettre. Ses photos, il les prend à la verticale, depuis un hélicoptère. A 300 mètres de haut minimum ; 3000 mètres parfois. Des prises de vues aériennes exposées à Waterloo.

De loin, on ne voit que des masses de couleurs parsemées de petits points... Il faut se rapprocher pour comprendre : le turquoise est en fait la mer, vue de très haut ; le gris, c'est le bitume de la ville... et les points sont des êtres humains saisis dans un moment de vie.

"Ici, vous avez une photo prise en Suède lors de la "Vasaloppet", une célèbre compétition de ski de fond qui rassemble chaque fois quelque 50.000 personnes, explique Antoine Rose. A la première lecture, on se demande ce que c’est quand on regarde la photo à plus de deux mètres. Mais au fur et à mesure que l’on se rapproche, on commence à distinguer la multitude de skieurs sur le parcours."

Un travail à la fois esthétique et sociologique. En prenant de la hauteur, on voit comment l’Homme façonne et s'approprie un territoire.

Cette série par exemple qui compare les plages dans plusieurs pays. "Vous avez un côté un peu plus nonchalant en Italie, très fashion et design, qui contraste avec le côté plus structuré des plages d’hôtels à Miami, par exemple. Ou encore avec les cabines belges, où l’on va plus chercher à créer son environnement, son univers propre, en ayant un espace plus confiné."

Aujourd'hui, les drones permettent d'avoir des résultats presque similaires, mais Antoine Rose s'y refusent pour l'instant pour des questions de sécurité mais aussi de qualité photographique.

Son prochain projet devrait l'emmener en Chine et au Japon.

La rétrospective Antoine Rose, c'est à partir de ce jeudi jusqu'au 1er juillet, aux Ecuries de Waterloo.

Antoine Rose à Londres en 2015

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK