Feu vert wallon pour extraire du gaz de mine des anciens charbonnages d'Anderlues

Le charbonnage d'Anderlues va revivre grâce au gaz de mine
3 images
Le charbonnage d'Anderlues va revivre grâce au gaz de mine - © rtbf.be - Mathieu Van Winckel

Il y a 60 ans encore, Anderlues voyait 2.000 mineurs extraire le charbon de son sous-sol. Il y avait là six châssis à molettes, ces fameuses tours de charbonnage qui dessinent encore le paysage du Hainaut. A Anderlues, il en reste une. Et, dans le sol, il reste le grisou, ce gaz, autrement appelé méthane, qui pouvait provoquer des incendies dans les mines.

Première en Belgique: la région Wallonne a donné son feu vert pour l'extraction de ce gaz. Et le bourgmestre, Philippe Tison, est ravi du feu vert octroyé par la Wallonie : "Anderlues a la particularité d’avoir été la commune où l’on est descendu le plus bas au niveau des mines. On est descendu à plus de 1.200 mètres sous terre. Donc il y a une capacité de production du grisou qui est assez importante. Nous sommes aussi le sommet du Hainaut. Anderlues est le point culminant du Hainaut et de la moyenne Belgique. Ce qui fait que nos galeries de mine, pour des raisons géologiques, ne sont pas inondées."

Et donc, ce sont des centaines de kilomètres de galeries exploitables en tous temps. Et la source semble inépuisable. Le sous-sol produit naturellement ce gaz en continu. Si on extrait ce méthane, on pourrait produire de l'électricité en continu pour 23.000 ménages. Et les mines ne seront en théorie jamais vides. Car plus on extrait le grisou, plus la mine en produit.

Les riverains ne sont pas non plus très inquiets. L'extraction du gaz et sa transformation en électricité ne requiert qu’une installation légère et discrète. Et la commune aussi pourra compter sur une part des bénéfices.

Il reste à obtenir la signature du ministre fédéral de la défense et, dans quelques semaines, le fameux grisou du sous-sol pourra produire de l'électricité verte.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK