Anderlecht: la communauté congolaise "veut la vérité"

Anderlecht: la communauté congolaise "veut la vérité"
Anderlecht: la communauté congolaise "veut la vérité" - © RTBF - Geoffroy Fabré

Un bon nombre de membres de la communauté congolaise se sont rassemblés mardi devant la maison communale d’Anderlecht pour réclamer des éclaircissements sur le décès de Dieumerci Kanda, retrouvé mort dans une cellule du commissariat rue Démosthène.

La semaine dernière, Dieumerci Kanda avait été retrouvé mort dans une cellule d’un commissariat anderlechtois. Il se serait pendu. La communauté congolaise avait organisé une manifestation pacifique pour obtenir des éclaircissements sur le décès de cette personne car ses proches et certains Congolais ne croient pas à la version de la police.

Mardi, ils étaient plusieurs dizaines à manifester à la place du Conseil à Anderlecht en tenant des pancartes "Je suis Dieumerci Kanda" du nom de la victime. Une manifestation assez calme d'abord qui a ensuite quelque peu dégénéré lorsque des participants, accompagnés de jeunes du quartier, ont bloqué le trafic et ont lancé des légumes sur la maison communale. La police a dû intervenir et le calme est revenu vers 16h30.

Auparavant, le bourgmestre d'Anderlecht avait reçu certains membres de la famille et les organisateurs de la manifestation. Et, il leur a garanti que toute la lumière serait faite sur cette affaire.

"On veut la vérité"

Ce mercredi, plus ou moins 80 personnes de la communauté congolaise se sont à nouveau rassemblées devant le commissariat où ont eu lieu les faits.

La manifestation s'est déroulée dans le calme et sans aucune violence. Les manifestants n’ont par contre pas changé de discours, ils veulent toujours "la vérité".

Qu’en est-il de l’enquête?

Le parquet a clôturé l'enquête et a conclu à un suicide grâce à deux éléments.

D'abord, le médecin légiste n'a pas relevé d'intervention d'une autre personne. Ensuite, les caméras du commissariat montrent que la victime est restée seule au moment des faits. Cependant, le parquet a ouvert une enquête parallèle pour connaître le contexte de la mort et voir s'il n'aurait pas fallu mieux surveiller cet homme en état d'ébriété.

Enfin, la zone de police a, elle aussi, lancé une enquête interne qui est toujours en cours.

Geoffroy Fabré

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK