Anderlecht collabore avec De Lijn pour améliorer la sécurité dans les bus

Commune, gardiens de la paix et sociétés de transports en commun se concertent déjà depuis un moment. Aujourd'hui, ils ont officialisé ce partenariat. Objectif: renforcer la sécurité dans et aux abords des bus, mais pas seulement. "C’est plus que ça, insiste Francy Peeters, directeur de De Lijn section Brabant flamand. On veut créer une atmosphère plus agréable dans les bus. On veut que les gens prennent plus les transports publics, donc, ça doit être un endroit agréable, où les gens se sentent à leur aise."

En 2008, la commune s'était déjà associée à la STIB. Mustapha Akouz, échevin de la Prévention à Anderlecht, explique: "Il y a un comité d’accompagnement et, maintenant, on va intégrer De Lijn en vue de développer un dispositif transversal et intégré, permettant notamment à nos gardiens de la paix d’être présents aux arrêts de bus des lignes De Lijn."

Les 54 gardiens de la paix anderlechtois ont tous reçu un abonnement gratuit aux lignes De Lijn. A partir d'aujourd’hui, ils seront plus présents pendant les heures d'école et de pointe. "Nous avons aussi des agents constatateurs. On en a 23. L’objectif ici, c’est de faire un peu de répression. La prévention a ses limites. Un moment donné, il y a des actes qui sont inacceptables", affirme Mustapha Akouz.

Anderlecht est la deuxième commune à signer cette convention. Reste maintenant à voir si ce travail de proximité portera ses fruits.

Hélène Lebailly – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK