Analyser les eaux usées pour détecter le Covid-19 : Leuven suit l'exemple wallon

Analyser les eaux usées pour détecter le Covid-19 : le plan de la KU Leuven contre le coronavirus
Analyser les eaux usées pour détecter le Covid-19 : le plan de la KU Leuven contre le coronavirus - © Leon Justice - Getty Images

La ville de Louvain a décidé de mener un projet afin de surveiller la présence du nouveau coronavirus dans les eaux usées, ont indiqué vendredi l'université de Louvain (KU Leuven) et la Ville. Une technique utilisée ailleurs dans le monde, comme à Paris, mais également en Wallonie. 

"En analysant les eaux usées, nous voulons détecter si et dans quelle mesure la population d'une zone déterminée est contaminée, avant même une hausse du nombre de tests positifs au Covid-19", explique Bert Aertgeerts, de la KU Leuven, qui mène le projet avec des professeurs de l'Université d'Anvers (UAntwerpen). "Une partie des personnes infectées a des particules virales dans le système digestif. Ces particules sont ensuite excrétées et finissent dans les eaux usées."

Louvain veut effectuer des mesures dans des zones résidentielles denses, des centres de soins et tout autre endroit où le risque d'une propagation rapide du virus est grand. "Le projet est dans une phase pilote. Si cela fonctionne, il s'agira d'un système d'alerte précoce rapide et relativement bon marché, aussi bien pour de grandes régions que pour un hôpital ou un centre de soins par exemple", estime Bert Aertgeerts.

Depuis mars déjà en Wallonie

En Wallonie également ce type d'étude est en cours, depuis mars déjà. C'est la SPGE (Société Publique de Gestion de l'Eau) qui en est chargée. Depuis le 5 juin dernier deux prelevements par semaine, sur 8 stations d'epurations choisies notamment en concertation avec les professeurs Muylkens et Linard de l'Unamur, sont réalisées afin d'être analysées dans les 24 heures par la Spin-off e-biom. Les résultats sont ensuite transmis par la SPGE à la Région wallonne.

De l'aveu même de la SPGE, ces analyses prévues actuellement jusque fin décembre, permettent avant tout d'anticiper la tendance à l'évolution du coronavirus. 

Reportage du journal télévisé du 09 juillet dernier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK