Alphonse, 81 ans, épuisé, ne trouve pas de repreneur pour son bar

Alphonse, 81 ans, travaille toujours
3 images
Alphonse, 81 ans, travaille toujours - © Tous droits réservés

Cela fait un an que le café d’Alphonse et de son épouse Renée, situé dans le centre de Namur, est à remettre. Mais sur les 60 candidats qui se sont présentés, aucun n’a repris l’affaire, car le loyer est trop cher. Alors en attendant, Alphonse et Renée continuent de travailler. Il a 81 ans, elle en a 78, et cela devient vraiment difficile pour ce couple qui attend impatiemment la retraite.

66 ans de carrière

Situé tout près de la place d’Armes, le café d’Alphonse continue à servir ses habitués. "Je sors ma terrasse tous les matins, je fais ça les yeux fermés. Mais quand on a l’occasion de s’asseoir, on s’assied. Moi personnellement, j’ai beaucoup aimé mon métier. Mais c’est fatigant, je commence en avoir ras le bol. En 66 ans de carrière, je pense avoir bien fait ma part", raconte-t-il, au milieu des orchidées et des bibelots de son bar.

Le problème, c’est qu’Alphonse est lié à son bar par un bail conclu avec un brasseur. "C’est un bail de 9-18-27, donc c’est très long. Le brasseur ne s’occupe pas de trouver un repreneur, c’est moi qui dois m’en charger. Et si je casse le bail, je dois payer le loyer 1700 euros par mois jusqu’à ce que quelqu’un reprenne l’affaire." Alphonse est donc coincé.

En attendant, ce travail est devenu trop fatigant pour le couple. Alors les horaires du café ont été adaptés. "Avant, on allait jusqu’à minuit. Maintenant on ferme à 19 heures. On ferme aussi le dimanche et les jours fériés", précise Alphonse. "Le matin quand je me lève je me dis, olala il faut encore y aller… Et quand j’ai terminé ma journée, je suis vraiment très fatigué."

Renée, elle, s’inquiète pour la santé de son époux. "Il a déjà fait un AVC, il ne faut pas l’oublier…", dit-elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK