Allocations familiales à Bruxelles: une vaste campagne d'information sur Famiris vient d'être lancée

Dans moins de deux mois, ce n'est plus le fédéral mais la Région bruxelloise qui gérera et paiera directement les allocations familiales dans la capitale.
Dans moins de deux mois, ce n'est plus le fédéral mais la Région bruxelloise qui gérera et paiera directement les allocations familiales dans la capitale. - © DR

Dans moins de deux mois, ce n'est plus le fédéral mais la Région bruxelloise qui gérera et paiera directement les allocations familiales dans la capitale. Ce transfert de compétence du fédéral vers les régions et communautés a déjà été opéré (ndlr: en 2019 pour la Wallonie, par exemple). A Bruxelles comme ailleurs, il s’accompagne d’un tout nouveau système, avec un nouveau montant de base et des "correctifs" sociaux.

Autre changement : Famifed, l’Agence fédérale pour les allocations familiales qui gérait jusqu’ici les dossiers bruxellois, passe désormais le témoin à Famiris. Une nouvelle caisse publique, donc, qui sera pleinement opérationnelle dès le 1er janvier prochain.

A quelques semaines de l’échéance, les acteurs en charge du dossier ont tenu à communiquer à tout-va : affichage dans le métro, les espaces publics, sans oublier les réseaux sociaux… Pour se faire connaître des familles bruxelloises. Un nouveau site a également été lancé.

Pour les Bruxellois, ça change quoi ?

Primo, le montant de base sera de 140 euros par enfant. C’est moins que dans les autres régions. Par contre, des suppléments sociaux sont prévus pour une bonne partie des familles. "Près de 70% des ménages gagnent moins de 45.000 euros par an. Il y a donc un supplément qui est accordé à toutes ces familles-là, la classe moyenne. De même, un supplément encore plus grand sera lui aussi accordé aux familles qui gagnent moins de 31.000 euros par an ; tout comme aux familles monoparentales", explique Bernard Clerfayt, le ministre bruxellois en charge des Allocations familiales.

Contrairement à ce qui a été mis en place ailleurs, à Bruxelles, tous les enfants basculeront dans le nouveau système. Et la Région assure que personne n'y perdra.

Un enfant égale un enfant

En effet, le principe qui prévaut, c’est : "un enfant = un enfant" ! "Cela veut dire, détaille Tania Dekens, la directrice d’Iriscare, que le montant de base (les 140 euros pour ceux qui étaient déjà nés au 1er janvier 2020) est payé à chaque enfant. Mais les gens qui avaient plus en décembre 2019, je peux les rassurer : ils garderont ce montant-là ! Ils ne vont pas y perdre."

Famiris gérera les dossiers d'un tiers des familles bruxelloises (soit 107.000 enfants sur près de 316.000). Mais à côté du nouvel organisme, quatre autres caisses privées ont été reconnues par la Région. Toutes appliqueront le même principe (développé plus haut).

Ajoutons encore que dès l'année prochaine, pour un premier enfant, vous pourrez choisir la caisse que vous voudrez. Les premiers paiements dans le nouveau système se feront début février.

Couacs en vue ?

Sans jouer aux oiseaux de mauvais augure, on se souvient qu'il y avait eu des soucis début février du côté de la Région wallonne lors du lancement de la nouvelle formule. Une situation possible à Bruxelles ?

Des tests sont réalisés depuis juillet, en parallèle avec Famifed. "On a effectivement travaillé en parallèle avec eux, confirme Bernard Clerfayt. Chacune des caisses a développé son propre modèle informatique, l’a testé de nombreuses fois pour vérifier si les montants calculés étaient justes, a testé la liaison avec les systèmes bancaires et les banques qui vont verser ces montants sur les comptes indiqués par les familles… Tous ces tests informatiques ont été faits et, jusqu’à présent, on n’a eu aucun couac !" Et le ministre d’ajouter : "Touchons du bois…"

Archives : Journal télévisé 29/03/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK