Aller nager dans une piscine communale ? C'est presque devenu un luxe en province de Namur

Six piscines de la province de Namur vont bénéficier de grandes rénovations en 2020 dans le cadre du plan "piscine". Mais ces rénovations sont parfois trop tardives...
Six piscines de la province de Namur vont bénéficier de grandes rénovations en 2020 dans le cadre du plan "piscine". Mais ces rénovations sont parfois trop tardives... - © Flickr

Les fermetures s'accumulent. Six piscines de la province vont bénéficier de grandes rénovations en 2020 dans le cadre du plan "piscine". Mais ces rénovations sont parfois trop tardives.

La piscine de Gembloux a fermé en urgence fin septembre. Elle ne rouvrira pas avant la fin des travaux du plan "piscine" vers 2021-2022. Les trois maitres-nageurs viennent d'être licenciés.

La piscine de Mettet, elle, connait actuellement un scénario similaire : également intégrée au plan "piscine 2020", également fermée en urgence fin septembre. En cause : des problèmes d'infiltration d'eau. Le béton est dégradé, la stabilité est mise en cause. La piscine sera-t-elle réparée ou restera-t-elle fermée comme à Gembloux ?

La commune a commandé un rapport pour analyser l'étendue des dégâts et des coûts. "Notre souhait serait de pouvoir rouvrir la piscine sans devoir effectuer de gros travaux au niveau du béton, commente Luc Vander Weyden, l'échevin des Sports. Il serait quand même illogique de pratiquer des travaux de longue haleine (on parle de plusieurs mois) tout en sachant que nous devrons effectuer ultérieurement des travaux au niveau du plan "piscine". Si nous n'avons pas la possibilité de pouvoir rouvrir la piscine avant (autrement dit, si nous n'avons pas le feu vert au niveau de la stabilité du béton), malheureusement, nous devrons opérer en un seul temps." Et donc reporter la réouverture.

La dégradation du béton de la piscine de Biesme a été constaté il y a une dizaine d'années. La commune se défend et renvoie la balle à la Région, qui aurait bloqué les subsides jusqu'au plan "piscine". Un plan qui a pris du retard.

A noter que la piscine de Philippeville a finalement refusé d'intégrer le plan. La commune souhaitait des subsides pour effectuer 500.000 euros de travaux. Le plan "piscine" est un plan global qui imposait un montant total 1,8 millions d'euros de travaux. "Démesuré", selon la commune de Philippeville qui ne souhaite donc pas entreprendre de tels travaux pour une piscine de moins de 25 mètres de long.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK