Alhÿs Fiévet, le bébé wallon qui n'existait pas…

Alhÿs et sa maman
Alhÿs et sa maman - © Luciano Arcangeli

Alhÿs Fiévet est née au début du mois de juillet. Ses parents sont allés à l’Administration communale de Soignies pour y reconnaître leur enfant. Sans succès. En cause, l’accent aigu se trouvant dans le nom du père, que n’a pas voulu reconnaître le système informatique de l’administration.

"Fiévet", un nom pour le moins commun, mais pas avec un accent aigu… La petite différence est passée de génération en génération pour la famille Fiévet, au fur et à mesure des inscriptions manuscrites ou non, depuis des générations. Mais aujourd’hui l’informatique dit "non"… Le registre national dit que le papa, Benoit Fiévet, n’a pas d’accent sur le nom qui figure au registre national…

Un blocage lourd de conséquences

Dès lors, les administrations communales qui ont accueilli des générations de la famille Fiévet doivent faire des recherches. Problème : elles sont toutes en sous-effectif estival. Le bébé n’a toujours pas d’identité légale. Françoise van Roessel, sa maman, est inquiète : "C’est une situation anormale. Nous avons une fille qui n’a pas d’identité légale. Nous ne pouvons pas avoir accès à une mutuelle, une carte d’identité, à des remboursements de soins ou des médicaments, pas d’allocation familiale non plus." De quoi compliquer un peu plus les démarches si l’enfant devait être hospitalisé.

Du côté de la commune de Soignies, on affirme que tout est mis en œuvre pour résoudre le problème. Mais l’administration doit aussi convaincre les autres communes (Namur, Charleroi, Châtelet et Aywaille) de rectifier le fameux accent aigu qui s’est baladé de génération en génération. La petite Alhÿs se porte bien. Avec ou sans carte d’identité. Mais sans le savoir, elle a mis en évidence, la faible réactivité des services de l’Etat Civil des communes concernées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK