Alfred Gadenne assassiné à Mouscron: "Les bourgmestres sont exposés à la folie de certains"

Bourgmestre de La Louvière et président de l'union des villes et des communes, Jacques Gobert était interrogé sur Vivacité ce mardi soir à propos de l'assassinat d'Alfred Gadenne lundi à Mouscron

Avec cette question: la fonction de bourgmestre est-elle devenue un métier à risques?

"Régulièrement, nous sommes amené à dire non au citoyen, qui souvent ne le prend pas bien et témoigne alors d'une certaine agressivité verbale, explique Jacques Gobert, mais aussi parfois physique, avec des menaces. Oui, c'est vrai que les hommes politiques et particulièrement ceux qui ont des responsabilités, à la tête d'une commune, sont exposés à la folie, parfois, de certains".

Une agressivité que le bourgmestre louviérois a déjà vécue personnellement: "Moi-même, j'ai déjà fait l'objet de menaces très claires, notamment suite à la fermeture de plusieurs établissements sur le territoire louviérois, où nous étions dans un milieu très particulier".

Le bourgmestre explique même qu'une surveillance rapprochée avait dû alors être menée par la police. "Ce sont des choses auxquelles on doit malheureusement se préparer de plus en plus suite au niveau d'exigence qu'a maintenant le citoyen envers le politique".

Et de plaider pour des mesures de prévention: "Il faudra avoir une réflexion de fond sur la sécurité des hommes politiques en général, en commençant par sécuriser les bâtiments, qui sont souvent accessibles à tous. Il y a aussi souvent des tensions lors de réunions citoyennes dans les quartiers, on doit aussi penser à la sécurité des personnes, comme la violence devient si coutumière".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir