Alerte à la bombe à la rédaction du Soir: un homme interpellé

Les journalistes du Soir continuaient leur travail dans un hôtel non loin de leur rédaction.
3 images
Les journalistes du Soir continuaient leur travail dans un hôtel non loin de leur rédaction. - © Tous droits réservés

Un quinquagénaire a été interpellé dimanche à la suite de l'alerte à la bombe qui visait la rédaction du quotidien Le Soir, rue Royale à Bruxelles depuis le début d'après-midi et qui a été levée en début de soirée, a indiqué le parquet de Bruxelles. Toute la rue Royale avait été bouclée par les forces de l'ordre jusqu'à 20 heures, le temps que le bâtiment soit entièrement inspecté. Les employés ont pu regagner leurs locaux et ont désormais pu s'atteler à la réalisation de l'édition de leur journal à paraître ce lundi.

"Le suspect T. C., né en 1962, sera entendu par les enquêteurs de la police locale de Bruxelles-Capitale Ixelles", a précisé le parquet. Des informations supplémentaires sur cette affaire devraient être communiquées lundi matin lors du point presse.

"Un coup de fil anonyme proférant des menaces a abouti à la rédaction, à la suite de quoi il a été décidé d'évacuer le bâtiment", a indiqué à Belga Maroun Labaki, responsable des pages internationales du quotidien.

Les membres de la rédaction s'étaient réfugiés dans un hôtel non loin de là, avait précisé Christophe Berti, rédacteur en chef du Soir.

Celui-ci précisait par ailleurs que cet événement pourrait perturber la réalisation de l'édition à paraître lundi. "Elle (l'édition) risque d'être un peu particulière", a-t-il dit.

"Ça va péter dans votre rédaction, vous ne nous prenez pas au sérieux" a affirmé l'interlocuteur se faisant passer pour une personne d'extrême gauche, selon un tweet de la journaliste Martine Dubuisson.

Selon Christophe Berti, cet anonyme reprochait au quotidien "d'en faire trop sur Charlie Hebdo".

La menace a été prise très au sérieux par les autorités qui ont dépêché une équipe sur place. Celle-ci a inspecté les lieux à l'aide de chiens renifleurs qui sont ressortis du bâtiment un peu avant 19 heures. Les membres de la rédaction du journal Le Soir n'avaient dès lors plus qu'à attendre la confirmation pour pouvoir réintégrer leurs locaux, ce qu'ils ont pu faire aux alentours de 20 heures.

Selon Maroun Labaki, l'imprimerie du groupe, située à Nivelles, a elle aussi été vidée de son personnel par mesure de précaution.

Cette alerte à la bombe est intervenue en début d'après-midi, alors que plus de 10 000 personnes défilaient dans les rues de Bruxelles dans le cadre d'une "marche citoyenne contre la haine et pour la liberté d'expression" à la suite des attaques sanglantes menées cette semaine à Paris.

RTBF et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK