Alcool, violence conjugale et revolver : un cocktail fatal devant les Assises de Namur

Le procès de Linda Weber commence ce lundi devant la Cour d'assises de Namur. Elle répond du meurtre de son mari Richard Piron.
Le procès de Linda Weber commence ce lundi devant la Cour d'assises de Namur. Elle répond du meurtre de son mari Richard Piron. - © Bruno Fahy - Belga

Linda Weber, une dinantaise de 57 ans, répondra dès lundi du meurtre de son époux Richard Piron (63 ans) devant la Cour d'assises de Namur. Les faits remontent à 2019.

Ce soir-là, une dispute éclate au domicile familial, à Sorinnes (Dinant). Une de plus. Selon le récit de Linda Weber aux enquêteurs, son mari la bouscule et elle tombe brutalement au sol. Elle voit rouge, va chercher un revolver dans la chambre, met des munitions dans le chargeur et s’en revient abattre son mari de plusieurs balles.

Les analyses toxicologiques démontreront que les époux sont tous les deux sous l’emprise de l’alcool. Plus qu’une mauvaise habitude, Richard et Linda boivent beaucoup et l’alcool attise leurs disputes. Dans ce contexte de violence conjugale, selon les avocats de la défense, c’est Monsieur qui prenait le dessus, en tout cas physiquement. "Il y a eu des interventions de la police et le dossier contient des témoignages en ce sens", estime maître Cédric Bernes. Ce qui peut constituer pour notre cliente une excuse de provocation". Son geste meurtrier serait une réponse à la violence récurrente de son mari. La peine maximale serait alors ramenée à 5 ans de prison. C’est l’enjeu principal de ce procès, puisque Linda Weber est en aveux sur le meurtre proprement dit.

Le jury de la Cour d'assises de Namur voudra aussi certainement des réponses concernant l’arme du crime. Le couple, apparemment, possédait plusieurs armes. Mais Linda Weber avait caché des munitions dans sa garde-robe. Depuis combien de temps ? Pourquoi ? Avait-elle peur de son mari au point d’envisager d’utiliser un jour une arme à feu contre lui ?
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK