Alain Mathot réagit au scandale de la Villa en Thaïlande : « C’est un prêt privé »

Face à notre insistance et dans un simple SMS, Alain Mathot réagit à la polémique concernant le financement d’une villa en Thaïlande : « J’ai contracté un prêt 100% privé pour acheter cette maison. J’ai emprunté la totalité du montant et il a été versé de compte à compte, du prêteur au vendeur ». Nous n’en saurons pas plus, le sujet est sensible.

Il faut dire que l’enquête révélée cette semaine par le Vif met l’ex-homme fort de Seraing dans l’embarras. Les journalistes David Leloup et Tom Cochez ont découvert que le député fédéral et ex-bourgmestre de Seraing était suspecté de blanchiment d’argent. Dans le collimateur de la justice liégeoise, une villa de 475.000 euros achetée par la femme d’Alain Mathot sur une île en Thaïlande.

Baan Astasia, c’est le nom de l’immense villa en bord de plage dans le sud de la Thaïlande, compte quatre chambres, autant de salles de bain, une piscine et un jacuzzi. Elle est située dans un lotissement luxueux privé d’une trentaine de villas sur l’île de Koh Samui.

Une perquisition au domicile d’Alain Mathot

Une perquisition aurait eu lieu, selon l’hebdomadaire, en janvier dernier au domicile d’Alain Mathot. Comme la procédure le veut lorsqu’il s’agit d’un député fédéral, Siegfried Bracke (N-VA), président de la chambre était présent.

Cette perquisition aurait permis à la justice d’identifier qu’Alain Mathot s’est bien offert cette villa en 2016.

Contacté par nos soins ce jeudi, pour réagir à cette perquisition, Siegfried Bracke s’est refusé à tout commentaire. Même son de cloche du côté du parquet liégeois, qui refuse même de confirmer la perquisition.

Mais une instruction judiciaire aurait bien été ouverte par le parquet général de Liège qui questionne l’origine des fonds ayant permis cette acquisition en 2016.

L’ombre d’Ogéo Fund et d’un certain Stéphane Moreau

Toute cette histoire de villa s’inscrit dans une enquête plus importante des journalistes du Vif. Depuis plusieurs mois maintenant, et après plusieurs plaintes introduites par les proches de Stéphane Moreau et Stéphane Moreau lui-même, les journalistes ont démontré de grosses zones d’ombre dans la gestion d’Ogéo Fund, un fonds de pension.

Ogeo Fund, c’est l’argent des pensionnés de Publifin, des pompiers de Liège, de l’intercommunale des eaux, de la Province, du CPAS et de la ville de Seraing. Stéphane Moreau en a été le patron. Il ne l’est plus. Quel rapport avec la villa ? David Leloup et Tom Cochez expliquent que l’argent (200.000 euros) qui a permis à Alain Mathot d’acheter sa villa provient du lobbyiste et promoteur immobilier Erik Van der Paal. Ce prêt « interpelle la justice » dit l’hebdo car il a été réalisé par sociétés interposées avec des fonds issus d’Ogéo Fund.

Mais d’où proviennent les 275.000 euros restants pour qu’Alain Mathot puisse s’acheter son petit paradis ? La justice aurait plusieurs pistes. Les soupçons se portent principalement sur un blanchiment d’argent via les pots-de-vin dans le cadre de l’affaire Intradel. Affaire dans laquelle Alain Mathot a été fortement suspecté mais qui n’avait pas pu aboutir, la N-VA s’étant opposée à la levée de son immunité de parlementaire.

Alain Mathot contre-attaque

Suite à la parution de l’article du Vif et au retentissement dans la presse, Alain Mathot a réagi cet après-midi. Dans un courrier qu’il adresse au rédacteur en chef du magazine, et qu’il nous a également envoyé, le député fédéral s’explique : il aurait remboursé l’intégralité du prêt en question, que le journaliste ne lui a jamais posé les questions sur sa villa. Et le socialiste de conclure : « A la lecture de toutes les hypothèses émises par vos journalistes pour expliquer le payement de la maison, hypothèses toutes plus fantaisistes et fausses les unes que les autres, on comprend peut-être mieux le fait que Monsieur Leloup ne nous ait pas interrogés sur ce point (somme toute important puisqu’il est le centre de son article). S’il l’avait fait, nous aurions pu lui apporter une réponse claire à cet égard. »

Cette réponse claire nous lui avons donc demandé de nous la donner. C’est par SMS qu’Alain Mathot nous a répondu : « J’ai contracté un prêt 100% privé pour acheter cette maison. J’ai emprunté la totalité du montant et il a été versé de compte à compte, du prêteur au vendeur ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK