Alain Hutchinson, Monsieur Europe de la Région bruxelloise, perçoit 92 000 euros brut par an

Alain Hutchinson, Monsieur Europe de la Région bruxelloise.
Alain Hutchinson, Monsieur Europe de la Région bruxelloise. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Le déballage se poursuit. Attaqué sur les rémunérations publiques de l'un de ses membres, Christophe Pourtois, à la Ville de Bruxelles, le MR bruxellois s'en prend aux émoluments d'un socialiste. Alain Hutchinson, l'actuel commissaire à l'Europe et aux Organisations internationales de la Région bruxelloise, perçoit chaque année 92 079 euros brut annuels. C'est ce qu'a dévoilé Rudi Vervoort (PS), ministre-président en réponse à une question parlementaire écrite de la députée Françoise Bertieaux (MR). 

Une rémunération qui met le MR "mal à l'aise

"Dans le contexte actuel, cette rémunération m'apparaît élevée", réagit Françoise Bertieaux. "Elle me met mal à l'aise parce que je ne sais pas très bien à quelles vraies fonctions, à quelle quantité de travail, ni à quelle véritable responsabilité cette rémunération devrait correspondre. Les contours de cette mission sont relativement flous. Les contours de cette fonction ne permettent pas de savoir s 'il y a derrière un caractère d'avis, une charge de travail importante pour investiguer les dossiers... C'est très difficile de dire s'il y a un contenu réelle derrière cette fonction.

Pour la mandataire MR, c'est clair: "Cette fonction a été créée de toutes pièces pour M. Hutchinson qui avait déjà fait un tour comme député européen. Mais on ignore toujours en quoi cette fonction a un véritable contenu avec un travail quotidien qui mériterait un tel salaire."

Les Réformateurs posent aussi la question du cumul. Alain Hutchinson est par ailleurs échevin à Saint-Gilles et perçoit à ce titre une rémunération comprise entre 30 000 et 35 000 euros brut par an. "Si Monsieur Hutchinson est échevin, il semble difficile d'occuper un autre temps-plein par ailleurs", appuie Françoise Bertieaux.

"Par mois, je suis à 3 000 euros net"

Alain Hutchinson, ex-chef de cabinet de Charles Picqué et ancien secrétaire d'Etat bruxellois (de 1999 et 2004) balaie ces accusations de mandat sans travail. "Ce n'est pas une coquille vide. C'est un mandat qui n'existait pas auparavant et que le gouvernement m'a confié", répond le Saint-Gillois. "J'occupe ce mandat en tant qu'indépendant, ce qui m'oblige à prendre un statut d'indépendant, ce qui m'oblige à payer toute une série de cotisations: sécurité sociale, pensions, Inasti, impôts... Sur 92 000 euros tout compris, il me reste un revenu net de 3000 euros par mois. A cela s'ajoute mes revenus d'échevin à Saint-Gilles de 1 400 euros net par mois. C'est une rémunération conforme à la charge de travail. J'ai réparti mon temps de travail pour moitié commissariat, moitié échevinat. Mais en réalité, je déborde très largement et notamment avec le commissariat. C'est une nouvelle fonction, qu'on m'a demandé de créer, avec une équipe, et qui a ouvert la porte à une sollicitation énorme de la part des institutions européennes. Depuis que le commissariat existe, nous avons effectué un boulot remarquable quoiqu'en pense Françoise Bertieaux."

Alain Hutchinson renvoie d'ailleurs vers les rapports d'activités du commissariat dont l'édition 2016 sera présentée "dans les prochains jours en Commission des affaires européennes" du Parlement bruxellois. "Les interlocuteurs sont extrêmement contents de l'efficacité et du travail du commissariat qui a permis de débloquer toute une série de dossiers qui n'étaient pas gérés. L'international à Bruxelles c'est 16% de l'emploi bruxellois, c'est 15% du Produit régional intérieur brut. Cela mérite qu'on soit présent activement aux côtés de ces institutions pour qu'elles puissent fonctionner dans les meilleures conditions en veillant à ce que la Région et ses habitants puissent ne pas souffrir de cela."

Pas de voiture de fonction

Le commissaire "ne dispose ni d’une voiture de fonction, ni de prêts consentis sans intérêt ou à taux réduit, ni d’assurance-groupe, ni de carte carburant automobile, ni de chèques-repas. Il dispose d’un téléphone portable et d’une connexion internet mobile", précise Rudi Vervoort.

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir