Aische-en-Refail : l'incompréhension du promoteur face à l'action des zadistes

Aische-en-Refail: l'incompréhension du promoteur face à l'action des zadistes
Aische-en-Refail: l'incompréhension du promoteur face à l'action des zadistes - © Tous droits réservés

L’ancien camping "du manoir de là-bas" à Aische-en-Refail a été investi par une vingtaine de militants qui y ont créé une "zone à défendre" face au projet immobilier d’un promoteur local. Celui-ci partage son incompréhension pour un projet réfléchi et conçu selon lui pour bénéficier plus largement aux habitants du village et à la communauté.

Le projet demeure important avec plus de 200 logements prévus. Pourtant Vincent Riga, promoteur et propriétaire, évoque une totale incompréhension face à cette action : "Ils occupent un terrain illégalement alors qu’on est encore très loin de sa concrétisation. L’enquête publique n’est même pas lancée, l’étude d’incidence du projet devrait aboutir seulement en juin (2021). Cela fait trois ans qu’on travaille sur un projet intergénérationnel qui allie maison de retraite, crèches, maisons, 10% de logements sociaux, la rénovation complète du château de 3000 mètres carré et où on a tenu compte de l’environnement".

Un projet ouvert aux autres selon son promoteur

Un étang, plusieurs kilomètres de chemins pédestres, des jardins collectifs : pour Vincent Riga, cette opposition est d’autant plus étonnante que sur les vingt hectares aujourd’hui totalement privés : "Trois deviendraient de l’espace public, trois hectares offerts à la communauté si je puis dire aux personnes qui seront dans ce projet mais aussi aux autres habitants du village pour que les gens puissent s’y rencontrer. Je trouve cette action tout à fait paradoxale".

Pour déloger les zadistes, et suite à une rencontre avec les autorités communales, Vincent Riga va déposer une action en référé : "Pour rétablir l’ordre et rétablir la vérité parce que ces personnes ont fait un toute boîtes plein de contrevérités à propos du projet et c’est insupportable. J’espère que cela va aller vite." Ce Projet, qui inquiète aussi les riverains par sa taille, rencontre déjà une certaine opposition plus de deux avant une éventuelle concrétisation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK