Aische-en-Refail : l'ancien camping "de Là-bas" occupé par des zadistes

Les zadistes se sont installés samedi sur le terrain
Les zadistes se sont installés samedi sur le terrain - © S. Vandreck

Le terrain boisé d’une vingtaine d’hectares est, depuis ce samedi premier mai, occupé par des militants, défenseurs de l’environnement. Ces derniers refusent de manière radicale le projet de transformer cette zone en un lotissement de plus de 200 logements. Ils en ont donc fait une ZAD, une zone à défendre. Sans autorisation du propriétaire, ils y ont planté leur tente et installé leurs sacs de couchage et apposé des calicots aux slogans revendicatifs aux entrées du domaine. "Nous avons décidé d’occuper le site afin de contester directement et activement la destruction de ce lieu qui peut être un lieu de diversité intéressant et un lieu commun qui peut permettre à pas mal de gens de s’y retrouver et d’en profiter", justifie Julien Martens, un des zadistes.

Un lieu emblématique pour les militants

Le terrain est privé et donc occupé ici de manière illégale, et assumée comme telle : "On met en balance la légalité et la légitimité, défend Mathias Moens, un des autres occupants. Forcément, si on veut lutter radicalement et donc efficacement contre le changement climatique et les écocides, on est en droit de questionner le concept de légalité". Ces militants veulent faire de cet ancien camping un lieu emblématique de ce qu’ils appellent la "bétonnisation du territoire". "On nous annonce un moratoire sur le béton d’ici 2050, mais qu’est-ce que ça a comme effet concret sur la nature ? C’est que les investisseurs accélèrent leurs projets, avance encore Julien Martens. On veut donc pousser cette question politiquement pour qu’elle puisse être entendue plus largement. C’est aussi pour cela que nous mettons nos corps en jeu". Les zadistes se disent en effet prêts à s’opposer physiquement aux éventuels aménagements du terrain.

Peur d’une zone de non-droit

Ces aménagements ne sont pourtant pas prévus de sitôt : si le propriétaire du terrain projette bien d’y créer un nouveau quartier, aucune demande de permis n’a encore été introduite. "Je pense que cette occupation n’est pas vraiment liée au projet en tant que tel, s’étonne le bourgmestre d’Éghezée, Rudy Delhaise. Cela ressemble plutôt à de la récupération". Il a déjà reçu plusieurs coups de fil de riverains, notamment suite au courrier déposé par les zadistes dans leurs boîtes aux lettres, les invitant à leur rendre visite et à participer à leurs activités. "Le mot zadiste est un mot assez fort. Les gens prennent peur ou en tout cas sont inquiets, par manque d’information. La première peur à avoir c’est qu’on en fasse une zone où on fait n’importe quoi, une zone de non-droit. Si l’ordre public devait être perturbé, je devrais intervenir et les forces de l’ordre le feront", rappelle encore le bourgmestre. Il se dit aussi prêt à faire intervenir la police en cas de non-respect des normes covid et, évidemment, si le propriétaire porte plainte contre cette occupation.

Nous restons assez neutres par rapport à eux

Du côté des riverains, même si les arguments des zadistes sont plus ou moins les mêmes que ceux qu’avancent les habitants opposés au projet, ces derniers, pour la plupart, préfèrent se différencier du mouvement. "Nous restons assez neutres par rapport à eux. Nous restons concentrés sur ce que nous souhaitons mettre en place et notre stratégie qui va plutôt du côté de la légalité. Et surtout, nous voulons continuer à nous présenter en tant que tels auprès des villageois, et qu’ils comprennent bien que nous allons continuer nos actions comme nous les avons commencées depuis quelques mois déjà", réagit Catherine Leclerc, la porte-parole du groupe "Sauvons Aische". Ce groupe de riverains, qui ne condamnent cependant pas l’action des zadistes, met aussi en avant leur connaissance du terrain et dit vouloir rester dans l’information des villageois et les contacts avec la commune et le promoteur. "Même si pour le moment, cette communication est difficile", reconnaît Catherine Leclerc.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK