AgriGeer, c'est le nom d'une nouvelle concession agricole créée par quatre jeunes entrepreneurs

Quatre jeunes entrepreneurs viennent d'ouvrir une concession agricole, AgriGeer. Pour l'instant, ils sont installés à Trognée, un village situé sur le territoire de la commune de Hannut. Le projet est ambitieux d'autant plus que le secteur agricole est loin d'être épargné par la crise. La société voudrait s'installer à Geer d'ici un an. Rencontre avec Donatienne De Wulf, 23 ans, gérante financière et administrative. Entretien.

Quel est votre projet d'entreprise ?

"Nous avons décidé de créer notre propre concession de matériel agricole, d’accessoires et de pièces détachées. AgriGeer, c’est donc une PME spécialisée dans la commercialisation, l’entretien, le reconditionnement et l’adaptation de tout ce qui concerne les matériaux, accessoires et pièces agricoles.  Nous sommes un distributeur de matériels de grandes marques telles que John Deere, Kuhn, Kramer, Kockerling, Kerner, Carré, Joskin et Bauer ! Ce projet a vu le jour le 1er octobre 2018. Notre concession a effectivement ouvert ses portes à Trognée, en attendant la construction de son nouveau bâtiment dans le zoning de Geer". 

Vous êtes quatre jeunes entrepreneurs à la manoeuvre. Qui fait quoi ?

"AgriGeer est constituée de quatre départements distincts qui fonctionnent en parfaite cohésion. Chaque gérant a été nommé responsable pour le département qui lui correspond le mieux : celui pour lequel il a l’expérience requise et nécessaire.
Jean De Wulf s’occupe de notre beau magasin de pièces détachées. Son rôle reprend la vente de pièces détachées toutes marques, la gestion import – export, la gestion du stock, la gestion fournisseurs, la gestion du showroom et petit matériel. Amaury Dubuisson est notre sale manager, c’est lui qui suit nos clients. Sa fonction commence à la prospection de la clientèle et s’étend jusqu’à la mise en route de la machine, en passant par la confection et le suivi des contrats de ventes. Emile Bollinne gère l’atelier. Ce n’est pas une mince affaire : il doit suivre les garanties, vérifier les plannings et superviser son équipe. Nous avons en effet engagé deux mécaniciens. Enfin, je m’occupe de la coordination entre les différents départements. Mon travail consiste à jongler entre l’administration de ces derniers, la gestion financière de la société, les relations avec les banques, ainsi que l’organisation des évènements et de la stratégie de communication d’AgriGeer. Nous effectuons un véritable travail pluridisciplinaire, et notre complémentarité est une de nos grandes forces. Chacun apporte son expérience et ses idées, et nous nous appuyons les uns sur les autres pour avancer dans la même direction. Nous partageons la même vision des affaires, et de l’avenir d’AgriGeer".

La confiance immédiate de plusieurs grandes marques

Donatienne De Wulf poursuit: "Je voudrais tout de même souligner que nous avons eu le luxe de pouvoir choisir nos marques, car nous partions d’une feuille blanche. Nous avons eu la chance d’être démarchés entre autres par Cofabel, l’importateur des marques John Deere et Kramer. Pour avoir tous les quatre déjà travaillé avec Cofabel dans le passé, nous connaissions leur professionnalisme, la qualité de leurs machines et de leur service, nous n’avons pas hésité longtemps à leur faire confiance. La solidité du business plan d’AgriGeer ainsi que nos valeurs communes les ont convaincus immédiatement. Nous pouvons également citer Packo Agri, importateur belge des marques Kuhn, Kockerling et Kerner. Eux aussi, nous ont suivis depuis le début du projet. Leur gamme de machines est de qualité et tout à fait complète. Nous avions également l’envie de nous lancer dans l’irrigation. Nous commercialisons depuis peu la marque Bauer, qui possède une large gamme d’enrouleurs, canons et autres. Ce sont les leaders en technologie de pointe. Enfin, Joskin et Carré nous accompagnent également sur cette belle lancée pour tout ce qui concerne les machines de transport, d’épandage et de désherbage".

Quelles sont vos ambitions et avec quelles échéances ?

"Pour commencer, il y a bien sûr la construction de notre bâtiment et l’emménagement définitif en ligne de mire. Nous avons vraiment hâte de pouvoir ancrer AgriGeer dans son village natal. Il s’agira là de notre meilleur outil de travail. Fin 2019, est la période à laquelle nous espérons emménager. Quand vous me parlez "ambition", je pense aussi "reconnaissance". Nous espérons en effet que notre service fasse ses preuves et que la qualité de celui-ci soit appréciée et remarquée. Nous voudrions pouvoir être connus et reconnus à travers la Hesbaye d’ici quelques mois. En tout cas, nous faisons tout pour atteindre cet objectif ! Mais nous avons également des projets plus ciblés et pointus. Parmi ceux-ci se trouve l’envie d’offrir des services personnalisés aux clients pour tout ce qui touche au financement des machines. Ce n’est pas chose facile, mais cela nous semble essentiel pour le bien-être de notre clientèle. Les discussions avec différentes banques sont déjà avancées afin de mettre cela sur pied. Enfin, nous savons à quel point il est important aujourd’hui d’évoluer sans cesse et de s’adapter pour rester compétitifs. C’est pourquoi nous tenons absolument à rester à la pointe des technologies et surfer sur la vague des outils modernes et innovants tels que les GPS ou encore les machines de désherbage mécanique particulièrement utiles pour les cultures bios. Ces dernières décennies, l’agriculture a énormément changé et évolué. De nos jours, il s’agit d’un mélange complexe entre nature et technologie qu’il faut aborder intelligemment", explique Donatienne De Wulf.

Le contexte économique n'est pas nécessairement favorable dans le secteur agricole. Ce constat ne constitue pas un frein pour vous ?

"Bien au contraire ! Il est vrai que l’agriculture a connu des périodes fastes suivies d’une chute préoccupante. Il s’agit d’un secteur en perpétuelle évolution. Nous ne sommes donc jamais à l’abri de quelconques surprises ou changements. Cependant, il est une constante qui ne changera pas : l’agriculture est et restera indispensable pour la survie de l’homme. Par conséquent, elle fera toujours partie du décor belge. Enfin, la tendance actuelle est au retour vers les produits et services locaux. Notre situation géographique au cœur de la plus belle région agricole représente donc un véritable avantage stratégique. De plus, face aux défis environnementaux et énergétiques, le secteur agricole est appelé à retrouver une place cruciale dans l’économie moderne. Les cultivateurs, éleveurs, entrepreneurs, horticulteurs, et autres ont constamment besoin de s’entourer d’équipes efficaces, professionnelles et compétitives afin de leur permettre d’avancer dans leurs défis d’aujourd’hui et de demain", explique la jeune dirigeante.

Vous avez l’intention de construire un garage dans le zoning de GEER…

"Le terrain choisi se situe dans le zoning agroalimentaire de la SPI à Geer. Le choix de cette commune s’est naturellement imposé de par sa situation géographique en plein cœur de la Hesbaye. De plus, la position centrale de la Wallonie au sein de l’Europe constitue un atout non négligeable pour l’importation et l’exportation. Le terrain se situe à 3km de l’autoroute E40 qui relie Bruxelles et Liège. Notre terrain s’étendra sur 1 hectare, et notre bâtiment aura une superficie de 1000 m². Celui-ci comprendra un showroom, un espace de stockage de pièces, une bande de bureaux et un atelier avec 3 loges de 28 m. Nous sommes vraiment impatients de nous y installer".

Comptez-vous engager de nouveaux collaborateurs ?

"Oui, nous souhaitons agrandir l’équipe. Nos objectifs à moyen terme sont de doubler le personnel, c’est-à-dire embaucher un deuxième magasinier, un deuxième vendeur, une secrétaire, des mécanos supplémentaires, etc. Tout cela dépendra bien évidemment des besoins de notre société dans les mois et les années à venir", conclut Donatienne De Wulf.

 


 

 

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK