Agressions d'étudiants à Namur : le parquet et la police recadrent le phénomène

"Pas de climat de terreur" à Namur selon le parquet
"Pas de climat de terreur" à Namur selon le parquet - © Bia Bouquet

"Evitons la psychose"! C'est en quelque sorte le message adressé par le parquet et la police de Namur à la population estudiantine. Les autorités judiciaires se sont fendues d'un communiqué commun, après l'amplification du phénomène sur les réseaux sociaux. Certains évoquant "de multiples agressions" et l'instauration "d'un climat de terreur" dans le quartier des facultés universitaires. Une mise au point s'imposait. 

Moins de 10 méfaits

Alors qu'en est-il? Selon le parquet, "moins de 10 méfaits", commis en bande, ont été rapportés à la police depuis le début de l'année académique. Il s'agit d'agressions verbales ou physiques sur des étudiants, parfois combinées à un vol. Suite aux plaintes déposées, les policiers ont renforcé leur présence sur le terrain. Le travail des enquêteurs a permis d'identifier 4 suspects dans le courant du mois de décembre. Ces mineurs d'âges ont été mis à la disposition du Juge de la Jeunesse et ont fait l'objet de mesures judiciaires. Voilà de quoi "ramener le phénomène à des proportions plus objectives et raisonnables", selon le communiqué.

Prévenir la police et éviter de se répandre sur les réseaux sociaux

Le parquet et la police demandent enfin aux étudiants ou à toute personne victime/témoin d'une agression de contacter la police le plus rapidement possible. "Il est essentiel que les éléments pertinents soient directement rapportés aux services de police, et non diffusés simplement par d'autres vecteurs, tels que les réseaux sociaux", conclue le communiqué.  

   

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK