Adolescent happé par un métro: la famille ne croit toujours pas au suicide

"Nous attendons les éléments qui vont nous permettre de mieux comprendre ce qui s’est réellement passé, a déclaré l'oncle du jeune homme à la sortie du parquet mercredi. Comme par exemple le témoignage des enfants présents, qui n’ont toujours pas été entendus (…) Comme l’a expliqué notre avocat, il reste des zones d’ombre, des "trous noirs". Des dizaines de minutes sont manquantes. Apparemment, ce serait dû à des difficultés techniques… En regroupant tous ces éléments-là, on pourra se positionner."

Pourtant, la famille du jeune homme reste convaincue qu’il ne s’agit nullement d’un suicide. "D’après ce que j’ai vu jusqu’ici, ce n’était pas un accident. Il y avait une énorme pression sur les enfants ce jour-là. Cela a duré trop longtemps. Même le papa s’est levé après dix minutes en disant que c’était insupportable, que cela durait trop longtemps. Lui, adulte, n’a pu supporter la chose. Alors Souleïmane, entouré de sept adultes (quatre policiers et trois contrôleurs) – tel un criminel – n’a pas pu supporter cette pression-là, je pense."

Roland Bruneel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK