Actiris propose des interprètes pour aider les chercheurs d'emploi

Une interprète du SETIS aide un chercheur d'employeur bulgare qui souhaiterait apprendre le français
Une interprète du SETIS aide un chercheur d'employeur bulgare qui souhaiterait apprendre le français - © Tous droits réservés

A Bruxelles, un chercheur d'emploi sur six ne connait ni le français, ni le néerlandais. Et cela pose forcément des problèmes pour s'inscrire valablement, compléter un dossier ou suivre une formation. C'est pourquoi, depuis le début de ce mois de mai, l'Office bruxellois de l'Emploi leur propose les services d'un interprète social pour les guider dans leur insertion sur le marché du travail.

Saint-Josse est la plus petite commune bruxelloise mais c'est aussi celle qui accueille la population la plus diversifiée. Pour Abdel Azzouz, le responsable de l'antenne locale d'Actiris, cette initiative était une nécessité. Les demandeurs d'emploi étaient parfois incapables de communiquer avec les employés chargés de leur inscription. Depuis le 2 mai, il peut donc solliciter le Service de Traduction et d'Interprétariat en milieu Social (SETIS) de Bruxelles. Les interprètes travaillent dans neuf langues : l'arabe, le turc, l'espagnol, le roumain, l'anglais, l'albanais; le russe, le polonais et le bulgare.

Lors de notre passage dans les bureaux d'Actiris, Paula, l'une de ces traductrices, accompagne un chercheur d'emploi bulgare, venu compléter son dossier d'inscription. D'origine angolaise, elle parle le lingala, le portugais, le français et le bulgare.  Il y a quelques années, elle a elle-même suivi le parcours de ceux qu'elle aide aujourd'hui. "Autrefois, je suis passée par les mêmes institutions. Je comprends ce qu'on leur demande et je peux les aider à trouver leurs repères".

Mieux soutenus grâce aux interprètes, les bénéficiaires devraient aussi mieux intégrer le marché du travail bruxellois. C'est du moins le pari d'actiris qui espère aussi que, mieux guidés, ils s'inscriront ensuite au cours de français ou de néerlandais. 

Les interprètes sont prévus pour les premiers entretiens, ensuite les demandeurs d'emploi devront se débrouiller.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK