Actions contre le dumping social: la FGTB s'invite chez Google à Saint-Ghislain

Une centainede militants de la FGTB se sont présentés ce matin vers 9h30 à l'entrée principale du centre de données de Google à Saint-Ghislain. Les grilles sont restées fermées et le service de sécurité de la société a demandé aux visiteurs de se présenter à une deuxième entrée de l'autre côté du site. Là, après discussions, une délégation de quelques personnes a été autorisée à entrer.

Cette visite chez Google s'inscrit dans le programme d'une journée nationale d'actions du syndicat qui dénonce la concurrence déloyale exercée "par le biais de détachement de travailleurs de pays européens vers la Belgique".

Le choix de Google n'est pas un hasard. L'entreprise a été sanctionnée à plusieurs reprises ces derniers mois par l'Auditorat du travail pour infractions sociales. Cela concernait notamment le recours à des travailleurs non-déclarés opérant pour des sociétés sous-traitantes sur le chantier d'extension du data center. Des personnes d'origine roumaine, bulgare, hongroise ou encore britannique.  

Ce matin, la délégation syndicale avait pour principal objectif de rencontrer des travailleurs occupés sur le chantier et des responsables des sociétés qui travaillent sur place. A la sortie du site, Lionel Quebella a qualifié de "surréaliste" sa rencontre avec un responsable de la société ISG: "Il ne parle pas français et n’est pas du tout au fait de la législation belge concernant la sous-traitance, de ses obligations et de ses responsabilités. Je lui ai cité plusieurs sous-traitants en défaut de paiement de leurs ouvriers, entreprises qui étaient présentes sur le chantier, l’intéressé ignorait jusqu’au nom de ces sociétés!". La FGTB a demandé à ISG une réponse écrite à différentes questions concernant leurs projets pour éviter à l'avenir les infractions sociales.  

 

Archives: Journal télévisé 07/12/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK