Accord de principe pour déplacer la statue du « Général Storms » vers l'Africa Museum

C’est une victoire pour les militants de la "décolonisation" de l’espace public bruxellois : la statue du "Général Storms", l’un des Belges chargés par le roi Léopold II de coloniser le Congo au XIXe siècle, sera bientôt déboulonnée et déplacée vers l’Africa Museum, le musée royal de l'Afrique central (MRAC)où le buste d’Émile Storms y sera "contextualisé", nous explique Christos Doulkeridis (Ecolo), le bourgmestre de la commune d’Ixelles où se situe la statue. De quoi permettre aux visiteurs d’être informés précisément sur les faits et gestes de celui qui était surnommé "Général Storms", lui qui a mené campagne au Congo non sans commettre une série d’exactions. Ce déplacement participe ainsi, à la satisfaction des associations, à la "décolonisation" de l’espace public.

Par la voix de Gido Gryssels, son directeur, le MRAC apporte quelques précisions : "Il y a un accord de principe avec la commune d'Ixelles, oui, pour une mise en dépôt chez nous. Mais ce n'est pas un accord écrit. Concernant la place de la statue dans le musée, nous n'avons pas la place. Nous évoquons déjà, à deux endroits différents, le 'Général Storms' dont la salle concernant l'histoire coloniale. Il y a donc déjà pas mal d'informations le concernant. Le buste est beaucoup trop grand et n'apporte pas vraiment de valeur ajoutée.

Qui était le "Général Storms" ?

Peu connues du grand public, certaines actions du "Général Storms" ont été racontées en 2018 par le magazine Paris Match Belgique : basé dans la région du lac Tanganyika, il était opposé à plusieurs chefs locaux, dont Lusinga lwa NGombe, qui tenait tête au Belge. Lors d’une attaque de mercenaires commanditée par Emile Storms, le chef Lusinga est tué. Storms lui-même décrit la suite dans une lettre, dont Paris Match Belgique a pu prendre connaissance : "Grande quantité de vivres sont tombés aux mains de mes guerriers et un repas est pris sur le champ de bataille même, dont les frais sont fournis par la dépouille du vaincu. 50 à 60 hommes ont trouvé la mort sur le champ de bataille et 125 personnes sont tombées entre nos mains. Tout ce qui a échappé aux flammes est devenu le butin de nos guerriers." Selon l’anthropologue américain Allen F. Roberts, les personnes qui avaient survécu ont été soit exécutées, soit violées collectivement. Quant au "Général Storms", il ramènera en Belgique le crâne de Lusinga et quantité d’objets et de restes humains. Depuis la publication des informations de Paris Match Belgique, de nombreuses voix ont appelé à la restitution des biens aux Congolais.

Christos Doulkeridis : "Il est temps"

Le bourgmestre d’Ixelles, l’écologiste Christos Doulkeridis dit travailler sur le "dossier Storms" depuis son arrivée à la maison communale de la place Fernand Cocq en 2018 : "J’ai demandé à déplacer le buste dans un musée, ce qui a été accepté. […] L’espace public est à tout le monde, il porte un message, il n’est pas statique par essence, il est en évolution. Le ‘Général Storms’ représentait une certaine époque. Il est resté plusieurs décennies dans l’espace public. Maintenant, il peut aller ailleurs. Sa place est dans un musée, ce qui permettra de mieux contextualiser les faits." Le contexte, c’est le cheval de bataille du député bruxellois Kalvin Soiresse (Ecolo), très actif sur la question de la décolonisation de l’espace public, pour qui "il faut tenir compte de la pluralité des mémoires, mettre en valeur celles et ceux qui ont résisté contre la colonisation, faire une place plus importante aux femmes." La féminisation de l’espace public, des rues, des équipements, des places, c’est un dossier sur lequel le bourgmestre d’Ixelles espère avancer à l’avenir.

Et le roi Léopold II ?

C’est la question que tout le monde se pose : le déboulonnage de la statue de Storms annonce-t-il celles d’autres statues liées à la colonisation, dont celles du roi Léopold II ? La réponse de Christos Doulkeridis est claire : "Je ne suis pas un déboulonneur. C’est normal de retrouver des traces de notre histoire dans l’espace public. Mais je n’ai jamais été favorable à déboulonner des statues de Leopold II. C’est l’un de nos rois et il y a de nombreuses raisons qui justifient sa présence en rue. C’est normal qu’il soit là. Sur le territoire d’Ixelles, je n’enlèverai pas de statue du roi Léopold II. Par contre, on a présenté nos excuses pour le Congo, c’était courageux. Ensuite, il y a les conséquences, les actes." Et parmi ceux-ci, la fin de la présence du buste du "Général Storms". C’est en 1906 que la statue a été érigée dans le square de Meeûs. Elle devrait en disparaître avant le 30 juin 2020, avant le soixantième anniversaire de l’indépendance du Congo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK