Accident à Zaventem: la sécurité des travailleurs est revue à la hausse

"Il aura fallu un décès pour que la direction comprenne les manques de sécurité auxquels nous sommes tous les jours confrontés". Voilà l'analyse malheureuse que nous a fait un délégué syndical, des négociations qui se sont succédé depuis samedi entre syndicat et direction de l'entreprise.

Et c'est vrai que la mort de cet ouvrier d'une cinquantaine d'années semble avoir servi d'électrochoc.

Depuis des mois, le comité de protection et prévention au travail émettait des rapports où les problèmes de sécurité étaient évidents: manque d'éclairage, marquage au sol effacé, horaires affolants pour des intérimaires qui n'osaient pas refuser de travailler, par peur que l'entreprise ne fasse plus appel à eux...

Samedi, deux membres de la direction, un Britannique et un Italien ont fait le déplacement jusque Zaventem pour entendre les revendications. Conséquence: dès samedi après-midi, l'éclairage était installé. Le marquage au sol devrait au plus tard être tracé ce lundi. Plusieurs intérimaires de longue date se seraient aussi vu offrir de vrais contrats... Des concessions qui s'enchaînent depuis l’accident.

Odile Leherte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK