Pas facile de porter plusieurs casquettes quand on est ministre

Evelyne Huytebroeck souhaite "un meilleur équilibre entre les ministres wallons et bruxellois" au sein de la Fédération.
Evelyne Huytebroeck souhaite "un meilleur équilibre entre les ministres wallons et bruxellois" au sein de la Fédération. - © Belga

C'est ce que se dit Evelyne Huytebroeck, ministre de l'Environnement à Bruxelles et ministre en charge de la Jeunesse à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Certains lui reprochent son absentéisme à la Fédération. Il faut dire que les agendas des deux exécutifs s'avèrent difficilement compatibles. La ministre Écolo se plaint de son côté d'un manque de solidarité à l'égard de Bruxelles. Pour le chef des deux exécutifs, Rudy Demotte, il s'agit d'une "triste polémique".

En réalité, c'est une quadruple casquette que porte Evelyne Huytebroeck, à la fois ministre du Gouvernement bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en plus des collèges de la Commission communautaire française et de la Commission communautaire commune.

La question de son absence lors des conseils des ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles relève d'un faux problème, estime Evelyne Huytebroeck. Le faible poids des Bruxellois au sein de l'exécutif de la Fédération lui paraît plus problématique. "En 2014, il faudra un meilleur équilibre entre les ministres wallons et bruxellois au sein du gouvernement de la Fédération. On n’en sortira pas autrement. La solidarité doit aussi s’exprimer de cette manière-là. Il faudra peut-être qu’il y ait autant de ministres bruxellois que de ministres wallons. Je pense qu’il y a plusieurs formules possibles qui sont tout à fait praticables."

"Triste polémique"

"On dirait que ça les arrange bien en fait que je ne puisse pas venir. Pour faire leur marchandage entre Région wallonne et Fédération", a-t-elle ajouté dans La Libre.

La chef de groupe MR au parlement de la Fédération, Françoise Bertieaux, s'est déjà inquiétée de la place réservée à Bruxelles au sein de la Communauté française nouvelle mouture. Elle est revenue à la charge mercredi. "Les gouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles deviennent des gouvernements Wallonie-Wallonie. Ce n'est pas d'hier que je vous le reproche", a-t-elle souligné lors d'une question d'actualité devant le parlement communautaire, en rappelant que le siège du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles se trouvait à Bruxelles.

Rudy Demotte a rappelé le choix "bi-régionaliste" qui a été fait, soutenu par le ministre-président bruxellois Charles Picqué, et qui mène à la désignation de ministres à double casquette (Région et Fédération), elle-même source d'économie, et à des réunions des deux gouvernements en alternance à Bruxelles et à Namur. Et de faire remarquer qu'on lui reprochait régulièrement en Wallonie les réunions à Bruxelles des deux exécutifs au motif que le siège du gouvernement wallon était... à Namur. Autre grief invoqué: un comité ministériel restreint composé du ministre-président et des trois vice-présidents (Nollet, Antoine, Marcourt), tous Wallons. Sont associés au "Comire" les ministres fonctionnels impliqués, a répliqué Rudy Demotte.

T.N. avec Philippe Carlot et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK