A Verviers, le bureau d'aide juridique est saturé, c'est la bousculade pour s'inscrire

A Verviers, le bureau d'aide juridique est saturé. C'est la bousculade pour s'inscrire
A Verviers, le bureau d'aide juridique est saturé. C'est la bousculade pour s'inscrire - © Tous droits réservés

Au bureau d'aide juridique de Verviers, deux fois par semaine, c'est la bousculade pour obtenir son ordre de passage. Problème de roulage, divorce, gardes d'enfants...

Deux avocats pro deo reçoivent durant une heure, les justiciables le mardi et le vendredi à 11 heures. Depuis la réforme de l'an dernier, les contrôles de revenus sont beaucoup plus stricts pour obtenir l'aide juridique. Ceux qui n'ont pas les moyens de se payer un avocat doivent d'abord montrer patte blanche en remplissant un formulaire de quatre pages. Ce qui alourdit les démarches et engorge les services d'aide juridique.

File d'attente: ça fonctionne mieux dans une boucherie que dans le palais de justice

Au palais de justice de Verviers, dans la salle des pas perdus, une trentaine de personnes attendent. Certaines depuis des heures. C'est à 10H45 tapante que les formulaires numérotés sont déposés sur un chariot. Tout le monde se précipite pour en obtenir un. C'est la bousculade.

"C'est pas normal. Il faut se battre pour obtenir un document. Moi, je suis arrivée à 8 heures du matin pour prendre mon papier. Et je me retrouve avec le numéro 6 alors que je devrais avoir le numéro deux", témoigne une dame. "Il faudrait mettre un distributeur de tickets à l'entrée. Ça fonctionne encore mieux dans une boucherie que dans un palais de justice" se plaint cette autre dame.

Depuis la réforme, l'aide juridique manque de moyens 

Maître Isabelle Decker est la responsable du bureau d'aide juridique de Verviers: "Je ne vais quand même pas faire venir un service d'ordre pour dire au gens: "Vous avez le numéro un, vous avez le numéro deux..." Le service d'ordre a déjà dû intervenir quand la tension monte, ça arrive. On a essayé le système de tickets mais ça ne fonctionne pas non plus." 

L'avocate reconnait que depuis la réforme juridique, on demande de plus en plus de documents au gens et que l'information n'est pas toujours très claire pour eux. Conséquence: avant, le bureau d'aide juridique traitait 13 à 14 dossiers par heure, maintenant, c'est 8 ou 9. Plus largement, le bureau d'aide juridique se plaint d'un manque de moyens en général pour la Justice.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir