A Uccle, le parc Raspail est ouvert au public, grâce à la mobilisation des voisins

Avec l'aide de plusieurs riverains du parc Raspail, Nicola da Schio a nettoyé le parc ce weekend pour permettre sa réouverture temporaire
4 images
Avec l'aide de plusieurs riverains du parc Raspail, Nicola da Schio a nettoyé le parc ce weekend pour permettre sa réouverture temporaire - © Tous droits réservés

C’est l’histoire d’un petit parc qui a peut-être été sauvé grâce au coronavirus ! A Uccle, le parc Raspail était abandonné depuis plus de 10 ans, squatté, jonché de déchets. Et c’est un peu par hasard que Nicola de Schio a découvert son existence lors de ses promenades dans le quartier. Ce parc de 2,5 hectares, coincé entre un mur de briques et une ligne de tram est la propriété de B-post qui en a légué la gestion depuis plusieurs années à la commune d’Uccle. Les travaux bien nécessaires à sa remise en état n’avaient jusqu’à présent jamais été entamés. Mais la mobilisation de Nicola et des comités de riverains voisins vont peut-être accélérer les choses.

Des détritus, un étang, une glacière et de nombreux arbres classés

A premier vue, le parc Raspail ne paie pourtant pas de mine. Mais les bénévoles qui viennent de passer le week-end à nettoyer les sentiers lui ont rendu un peu de son attrait d’antan. L’eau verte de l’étang, le mur effondré d’une ancienne glacière et surtout la majesté de certains arbres en font un écrin de verdure dans lequel la nature a aujourd’hui repris ses droits. Armés de débroussailleuses et de sacs-poubelles, ils ont rendu le site accessible aux promeneurs et obtenu que la commune autorise l’ouverture temporaire du site.

"Avec le confinement, les gens ont redécouvert leur quartier"

D’ailleurs, l’échevine uccloise des Espaces verts, l’Ecolo Maelle De Brouwer le reconnaît volontiers. Les démarches des comités de quartiers ont été déterminantes pour accepter cette ouverture temporaire du parc. D’autant que le quartier manque d’espaces verts, reconnait-elle, "tout le monde est gagnant". Le public pourra donc accéder au parc cet été et jusqu’au début des travaux de réaménagement du site qui devraient commencer en 2021.

 

Après les travaux, il faudra garder la convivialité qui est née ici

Et après, après le confinement, après les travaux de réaménagement, qu’est-ce qui restera de ce bel élan ? En cet été 2020, Nicola da Schio voudrait qu’il en reste quelque chose. "Bien sûr, il y a la protection du patrimoine et de la diversité, c’est important, mais selon moi, il faudrait garder la convivialité qui est née ici". Ce chercheur en Ecologie urbaine à la VUB, espère que les voisins continueront à se soucier du parc, même après les travaux. "Bien sûr, les services publics doivent s’occuper de la propreté du parc, mais nous, voisins, devons aussi nous sentir responsables de ce qu’il adviendra du parc".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK