Confinement: à Saint-Josse, des habitants voudraient des rues sans voitures pour retrouver un peu d'espace

Le collectif 1210-0 réclame des rues sans voitures à Saint-Josse. Cela permettrait de respecter la distance d'1,5 m entre deux piétons qui se croisent sur les trottoirs
Le collectif 1210-0 réclame des rues sans voitures à Saint-Josse. Cela permettrait de respecter la distance d'1,5 m entre deux piétons qui se croisent sur les trottoirs - © collectif 1210/0

Avec plus de vingt-sept mille habitants sur un peu plus d’un kilomètre carré, difficile de ne pas se frôler en marchant dans les rues de Saint-Josse. Les trottoirs sont souvent étroits, les espaces verts quasi inexistants. D’où l’idée du collectif citoyen 1210/0 de réclamer des rues sans voitures. Pas toutes les rues, bien sûr mais de quoi rendre le confinement plus supportable et surtout permettre de respecter la distance d’un mètre cinquante entre deux piétons qui se croisent.

Dans leur courrier adressé au bourgmestre, Caroline Englebert et Clara Vanmuysen rappellent que de nombreux habitants occupent des logements de petite surface et sans espace extérieur. Les trottoirs sont donc leur premier espace public accessible or "justement, ces trottoirs sont souvent très étroits dans notre commune. Il est presque impossible de respecter les règles de la distanciation sociale".

"On pourrait s’inspirer du modèle des rues scolaires"

Caroline, maman de 3 enfants en bas âge souligne aussi la difficulté de trouver des endroits où laisser les enfants se défouler "quelques minutes à vélo ou en trottinette sur la voirie libérée, leur ferait beaucoup de bien".

Elle remarque qu’il y a aujourd’hui moins de trafic, le trafic de transit vers le centre de Bruxelles ayant en grande partie disparu. Il serait donc assez simple, selon le collectif d’améliorer d’une manière importante la qualité de vie des habitants, en s’inspirant par exemple des rues scolaires où la circulation est interdite quelques heures par jour.

Rendre la rue attractive, une bonne idée ?

L’initiative du collectif a rapidement fait réagir le bourgmestre de Saint-Josse. Ce mardi en fin d’après-midi, Emir Kir reconnaissait les difficultés rencontrées par les habitants d’une commune aussi densément peuplée que la sienne.

Mais il doute de la pertinence de rues sans voitures. "Attention, le conseil national de sécurité conseille de ne pas flâner en rue. Une rue sans voitures risquerait par contre d’attirer des dizaines de personnes dans des rues étroites".

Cela deviendrait impossible à gérer et donc impraticable, selon lui. Il indique que des espaces verts existent dans les quartiers avoisinants : le parc du Jardin-Botanique, du Cinquantenaire ou Josaphat (ndlr, eux aussi très fréquentés ces dernières semaines). Des rues sans voitures ont donc peu de chances de voir le jour à Saint-Josse, alors que se dessine un probable prolongement du confinement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK