A Romsée, les enfants apprennent à écrire en utilisant Twitter

A Romsée, les enfants de première primaire apprennent à écrire en utilisant Twitter (illustration).
A Romsée, les enfants de première primaire apprennent à écrire en utilisant Twitter (illustration). - © RTBF

Utiliser Twitter pour apprendre à écrire à des enfants de première primaire. C'est l'expérience pédagogique que mène un instituteur d'une école de Romsée, en région liégeoise. Didier Spronck utilise le réseau social pour enseigner l'écriture à des jeunes de 6 ans. Ce mercredi, les enfants ont discuté d'Halloween sur Twitter.

Dans leur cahier d'écolier, tous les élèves écrivent d'abord leur message en majuscule, lettre par lettre, dans une grille quadrillée. "C'est pour les motiver" explique l'instituteur. "Pour voir que quand on écrit, on le fait en cursive et que quand on écrit à l'ordinateur, ce sont d'autres lettres mais ça veut dire la même chose. C'est une façon de généraliser la lecture de lettre".

"On revoit les lettres que l'on a déjà vues" poursuit l'instituteur. "Cette semaine, on a vu "é" et "è", et on le retravaille en même temps à l'ordinateur".

Objectif?

Le but de Didier Spronck, c'est dès le début, de faire prendre conscience à ses jeunes élèves de l'utilité de savoir écrire. Et aussi de développer leur créativité en partageant leurs messages sur internet avec des élèves dans des écoles du monde entier, au Gabon, en France ou au Québec.

Une expérience que mène maintenant l'instituteur à Romsée depuis un an. "Ce qui m'a surpris en fin d'année, c'est que les enfants étaient de vrais producteurs de textes. On se retrouvait avec un texte en fin de première année de dix lignes tout à fait lisible. Bien sûr avec quelques fautes d'orthographe, mais ce n'était pas une écriture phonétique où tout était attaché. Les mots étaient séparés, avec une attention particulière à l'orthographe".

Notez enfin que l'écriture cursive, en attaché comme disent les enfants, reste une priorité dans les cahiers des écoliers de première primaire à Romsée.

 

E. Dagonnier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK