A Pont-à-Celles, des caméras surveilleront les dépôts sauvages de déchets

Illustration
Illustration - © Belga/AFP - Martin Bureau

Avec la crise et l’augmentation des charges de toutes sortes, les dépôts clandestins ou sauvages d’immondices se multiplient. A Pont-à-Celles comme ailleurs. Mais, dans cette dernière localité, la commune a trouvé une idée originale pour lutter contre ces décharges improvisées.

Les autorités communales ont décidé d’installer, dans les prochaines semaines, des caméras mobiles pour tenter d'identifier les pollueurs. Ces caméras seront fixées discrètement sur des arbres, des pylônes ou des éclairages publics. Mais, forcément, avant de mettre les lieux sous surveillance, le conseil communal doit encore régler les questions liées au respect de la vie privée.

Avec l’installation de ces caméras de surveillance qui pourront être déplacées au gré des dépotoirs, l’échevin de l’environnement, Philippe Knaepen, espère ainsi s’attaquer à un fléau qui coute annuellement de 25 à 50 000 euros à la collectivité. Bientôt les contrevenants risquent donc d’être filmés et identifiés. Et les caméras sont tellement performantes qu’elles peuvent tout à fait déchiffrer la plaque d’immatriculation d’un véhicule de jour comme de nuit. Les amendes seront plutôt salées : entre 250 et 10 000 euros. Le dispositif devrait être opérationnel dès l’automne 2013.

Grégory Fobe, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK