A Namur, plus de 50% des enseignes commerciales sont irrégulières

Sur les façades du centre-ville, une enseigne ne peut pas être placée plus haut que l'appui de fenêtre du premier étage.
Sur les façades du centre-ville, une enseigne ne peut pas être placée plus haut que l'appui de fenêtre du premier étage. - © RTBF - Flou

C’est le verdict sans appel d’une enquête de terrain : dans le périmètre du centre ancien protégé 45% des enseignes sont irrégulières ; ce taux grimpe à 81% dans le périmètre d’application du Guide " Biens Mosans ", le long de la Meuse ; il est de 60% sur le reste du territoire, notamment les axes de pénétration dans Namur comme la chaussée de Louvain.

Les infractions sont variées : enseignes trop grandes, placées trop haut sur la façade, lumières clignotantes, etc. Un nombre non négligeable des commerces n’ont tout simplement pas demandé de permis pour déployer une enseigne, ce qui est pourtant obligatoire.

La ville veut mieux contrôler les commerces à l’avenir pour éviter la surenchère, lutter contre une forme de pollution visuelle, donner une identité à la ville. Les contrôles vont donc être renforcés.

"C’est normal que la ville ne laisse pas faire n’importe quoi, estime Gauthier Salpeteur, président de l’Association des commerçants du centre de Namur. Mais on ne peut pas exiger une régularisation de tout le monde du jour au lendemain. Il faut donner le temps aux commerçants de s’adapter."