A Laeken, le cresson pousse depuis près d'un siècle

27 bassins de 30 mètres de long sont aménagés pour la culture du cresson de fontaine
2 images
27 bassins de 30 mètres de long sont aménagés pour la culture du cresson de fontaine - © Tous droits réservés

Le roi Léopold II avait rêvé d’aménager une voie de chemin de fer entre son château de Laeken et la gare de Schaerbeek. Un projet qui ne verra jamais le jour mais qui avait à l’époque conduit au terrassement d’une langue de terrain, le long du mur extérieur du domaine royal. Un terrain qu’un cressiculteur aménagera après la première guerre mondiale. IL avait alors repéré une source à proximité, qui lui promettait une récolte abondante. Un siècle plus tard, la cressonnière est toujours en activité. Elle a toutefois bien failli disparaître !

En 1991, le site est abandonné avant d’être remis en état 20 ans plus tard…

C’est en 2011, que L’IBGE (aujourd’hui Bruxelles Environnement) décide de redresser les clôtures, d’élaguer les grands arbres qui étouffaient les bassins et de remettre en service le système hydraulique. Trois ans plus tard, l’exploitation de la seule cressonnière de Bruxelles est confiée à la ferme Nos Pilifs de Neder-Over-Hembeek. Aujourd’hui, près de deux cents bottes de cresson sont coupées chaque semaine. Elles prendront la direction d’épiceries ou de restaurants bruxellois. Un produit local, sain et faire-trade, puisque la ferme Nos Pilifs est aussi une ETA (Entreprise de Travail Adapté). Il s’inscrit parfaitement dans la stratégie Good Food que la région Bruxelloise met en place actuellement.

Un lieu unique mais fragile aussi

Coincés entre l’avenue Van Praet et la ligne du tram 7, les vingt-sept bassins de trente mètres de long qui forment la cressonnière, sont aussi vulnérables. Les grands arbres classés, qui les dérobent les bacs à la vue des voisins, sont désormais intouchables. Le cresson est donc obligé de grandir à l’ombre, ce qui n’est pas idéal pour sa croissance. Par ailleurs, nous confie Benoit Van Eyll, trop d’automobilistes ont tendance à confondre le site avec un lieu où se débarrasser discrètement de cannettes ou autres détritus. Et puis, il faut compter avec les actes de malveillance, comme il y a deux ans, lorsque la cabane de notre cressiculteur avait été incendiée volontairement.

La cressonnière de Laeken conserve toutefois des atouts indéniables. "L’eau de source qui arrive avec une température de 11 degrés, c’est vraiment idéal pour le cresson qui adore avoir les pieds au frais. Et puis, ajoute le maraîcher avec un grand sourire, le voisin (celui qui habite dans le Domaine Royal) n’élève pas de bétail. Pas de vache, ni de mouton, idéal, je vous dis" !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK