A l'automne, le nourrissage artificiel du grand gibier sera interdit

Une laie avec ses marcassins
Une laie avec ses marcassins - © PATRICK PLEUL (archives EPA)

Le nourrissage artificiel du grand gibier (sangliers et cerfs en particulier), répandu chez les exploitants de chasses privées, sera interdit dès le 1er octobre prochain en Wallonie pour mieux protéger l'agriculture et les forêts.

C'est ce qu'a annoncé jeudi le ministre wallon Carlo Di Antonio (cdH).

De 1990 à 2010, la population de sanglier a triplé en Wallonie, passant de 8.500 animaux à 24.500, selon des chiffres du ministre de l'Agriculture, de la Nature et de la Forêt.

"Cette surpopulation provoque divers déséquilibres mais aussi de nombreux dégâts, notamment aux cultures et aux forêts. Des conditions climatiques moins rigoureuses et l'augmentation généralisée de la disponibilité alimentaire expliquent cette recrudescence", commente-t-il dans un communiqué.

Le nourrissage artificiel et intensif du gibier concentre par ailleurs les grands gibiers sur des zones plus restreintes, aggravant ainsi le déséquilibre faune-flore.

Deux exceptions seront provisoirement tolérées à cette interdiction du nourrissage artificiel du grand gibier en Wallonie et ce, uniquement au sud du sillon Sambre et Meuse.

La première concerne le nourrissage "supplétif" de cerfs entre le 1er novembre et le 30 avril lors d'épisodes hivernaux rigoureux (foin de graminées et/ou de légumineuses, dont le foin de Luzerne).

La seconde a trait au nourrissage "dissuasif" des sangliers, visant à protéger les récoltes durant leurs différents stades végétatifs. Cela concerne, entre le 1er avril et le 30 septembre, des situations spécifiques rendant ce nourrissage provisoirement nécessaire et uniquement en distribution manuelle par dispersion d'orge avec ou sans ajout de pois.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK