A l’arrêt depuis des semaines, le train miniature de Berinzenne est sauvé

Des sapins, des tunnels, des circuits en huit et un petit train qui se fraye son chemin dans un paysage bucolique. Le train électrique miniature, a cette jolie tendance à faire ressurgir des souvenirs sublimés de l’enfance. Et c’est bien pour cela que certains collectionneurs en raffolent.

Il en existe un remarquable au musée des eaux et de la forêt à Berinzenne. Il remplit une pièce entière presque à lui tout seul. Et qu’on soit friand ou non du style un peu kitch et suranné, il faut bien le reconnaître : celui-ci impressionne par sa minutie et ses innombrables détails. Une ville thermale au style germanique, une multitude de personnages, badauds, forestiers, maraîchers ou ouvriers…

5 images
© Musée de Berinzenne
© Musée de Berinzenne

Mais voilà, depuis quelques semaines, les deux locomotives et les nombreux wagons sont à l’arrêt sur les voies, en panne. Et un train miniature qui ne roule plus, c’est un peu comme une horloge sans tic-tac : c’est bien joli mais ça n’a pas d’âme.

Un petit train ça demande beaucoup d’entretien. Il faut venir souvent, ça coûte aussi très cher

Alors, les employés du lieu ont décidé de se mobiliser pour ce qui est l’une des pièces maîtresses de leur musée. "C’est Monsieur Noé, le fondateur du musée qui a installé le petit train en 1981 et depuis, presque rien n’a changé", raconte Laura Collard, la responsable de l’établissement. Pas grand-chose à voir avec l’eau ou la forêt et pourtant, ce petit train est une véritable attraction. "C’est vraiment la pièce préférée des enfants… et même des grands", s’amuse la responsable.

5 images
© Tous droits réservés

Il était donc urgent de sauver le train miniature, mais la solution n’allait pas de soi. "Notre réparateur est maintenant âgé et il ne savait plus lui donner tout l’entretien qu’il fallait. On a d’abord essayé de contacter des réparateurs qu’il nous a conseillés, mais sans succès. Un petit train ça demande beaucoup d’entretien. Il faut venir souvent, et ça coûte aussi très cher."

5 images
© Musée de Berinzenne

En désespoir de cause, les employés du musée finissent donc par lancer un appel à l’aide sur les réseaux sociaux. "On ne s’attendait pas du tout à un tel engouement", s’enthousiasme Laura Collard. "L’annonce a très vite été fort partagée. Et c’est grâce à ça que tout a été résolu."

Le musée a en effet trouvé la perle rare : un habitant de Herve, passionné de petit train, réparateur à ses heures. Celui-ci se donne deux mois pour dépoussiérer le petit train et le remettre sur rails. Un service qu’il tient à rendre bénévolement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK