À l'abandon depuis près d'un siècle, le moulin à vent de Tromcourt a retrouvé ses ailes

En 2014, l’édifice était encore à l’agonie et servait avant cela d’étable pour du bétail. Aujourd’hui, après trois ans de travaux intensifs, le moulin à vent est coiffé d’une toute nouvelle toiture et d’ailes en chêne de 10 mètres.

"A 77 ans, il était temps ! Avec ma femme, on a consolidé nous-mêmes les briques qui tombaient des murs. C’était un gros projet. Au moins, je laisserais une trace de mon passage à Couvin", confie avec émotion Fernand Platbrood, le propriétaire. Bientôt, un meunier y élira domicile pour moudre le grain comme jadis.

Une restauration dans le respect du patrimoine

Le moulin de Tromcourt (Mariembourg) a été bâti sous Napoléon Ier au début du XIXe siècle (en 1816 exactement). Il produisait de la farine et était rattaché à la brasserie voisine.

Dès 2014, sous l’impulsion de son nouveau propriétaire, la restauration débute, financée exclusivement par des fonds privés. Le montant du chantier reste un secret bien gardé.

La rénovation débute par la remise en état de la maçonnerie. Grâce à l’expertise des compagnons bâtisseurs, plusieurs niveaux sont reconstruits, exclusivement en chêne ; tandis que les murs intérieurs sont enduits à l’ancienne grâce à un mélange à base de chaux.

A l’extérieur, le lifting est aujourd’hui total grâce à la nouvelle coiffe du moulin : une calotte montée sur un mécanisme qui permet une rotation à 360 degrés des ailes qui actionneront demain les meules de pierre destinées à moudre le grain, sa fonction première.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK