A Jette, les habitants n'en peuvent plus du bruit des avions au-dessus de leur tête

Depuis trois-quatre mois, le survol de la commune s'est accentué en raison d'un plus grand nombre d'atterrissages sur la piste 07 (illustration).
Depuis trois-quatre mois, le survol de la commune s'est accentué en raison d'un plus grand nombre d'atterrissages sur la piste 07 (illustration). - © Belga

Depuis trois-quatre mois, le survol de la commune s'est accentué en raison d'un plus grand nombre d'atterrissages sur la piste 07. Autant dire que les habitants avaient beaucoup de questions et de remarques à formuler mercredi au médiateur fédéral de l'aéroport qui était là pour une rencontre publique. Mais ils sont repartis sur leur faim...

Jusqu'aux mois de mars-avril de cette année, la commune de Jette vivait tranquille, plutôt à l'écart des routes aériennes menant à l'aéroport national. Mais les choses ont changé. Et depuis, certains habitants se plaignent de vivre l'enfer.

"Cela me fâche de savoir qu’il existe des solutions mais qui ne sont pas appliquées. Le vent a changé ? Oui, et alors ? Cela ne fait pas nos affaires (…) On vient juste d’apprendre qu’apparemment, il y a une solution… Cela me révolte ! Il semble qu’un monsieur a décidé de tout, et que ça pourrit la vie de milliers de riverains tous les jours ! C’est un peu gros ! (…) Jette est la piste d’atterrissage de l’aéroport. Ce n’est pas normal ! C’est un manque total de respect. Ces avions n’ont pas à passer au-dessus d’une ville."

Pour le médiateur fédéral, c'est le vent qui est à l'origine des tourments des Jettois. Il existe pourtant une solution. "Les nouvelles technologiques de guidage des avions par positionnement GPS et satellite…, explique Philippe Touwaide, au lieu d’avoir une approche visuelle qui passe au-dessus de Jette, quand les circonstances climatiques le permettent (et uniquement dans ce cas-là), on pourrait utiliser la nouvelle procédure RNP, où les avions seraient mille pieds plus haut. Ils seraient alors dans l’axe de la piste et ne devraient plus remettre leurs réacteurs en marche pour s’aligner."

Mais cette solution ne fait pas consensus au sein du gouvernement. Les Jettois sont donc repartis plutôt frustrés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK