A Charleroi, le nouveau règlement de la mendicité a un an

Illustration
Illustration - © rtbf.be - Daniel Barbieux

A Charleroi, un peu plus d'un an après l'instauration d'un nouveau règlement de la mendicité, l'heure est à l'évaluation. Le règlement avait provoqué quelques remous parce qu'il empêchait ceux qui font la manche de mendier là où ils le voulaient. Il les obligeait notamment à se déplacer certains jours vers la périphérie. Un an plus tard pourtant, la Ville persiste et signe : les choses se passent mieux qu’avant.

Principal point de satisfaction de la Ville : la police est de moins en moins sollicitée pour des problèmes liés à la mendicité. C'était un des objectifs : alléger le centre-ville de la pression née des "mancheurs", comme on les appelle désormais, installés à demeure sur tel ou tel coin de trottoir. Les commerçants étaient parmi les plus vindicatifs.

Deuxième motif de satisfaction : la manière dont s'est progressivement mis en place ce règlement. Eté 2013 : consultations. Octobre 2013 : information aux mancheurs. Novembre 2013 : patrouilles de police et interpellations qui ont rapidement diminué d’une dizaine le premier mois à trois ou quatre désormais.

Troisième point positif : les mesures d'accompagnement. Il y a eu la création d'un poste d'infirmière de rue ainsi que des procédures spécifiques pour les mancheurs accompagnés d'enfants ou ayant un chien.

Un comité de suivi se réunit chaque mois pour évaluer la situation. La Ville y côtoie la police, le Dispositif d'urgence du CPAS, les associations en charge des plus démunis. Tous l'admettent : on y fait du bon travail. Mais Solidarité Nouvelle, par exemple, la plus militante de ces associations, continue à déplorer qu’avec ce nouveau règlement on a surtout limité et encadré la mendicité sans vraiment résoudre les problèmes de ceux et celles qui mendient. Le Comité de suivi va poursuivre son travail dans les mois qui viennent. Il pourrait être amené, comme certains l'ont demandé, à entendre régulièrement les mancheurs qui le souhaiteraient.

Alain Vaessen, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK