A Bruxelles, le système de soutien au photovoltaïque va être revu

On l'a souvent dit : le photovoltaïque est avantageux à Bruxelles, trop avantageux même. La Région bruxelloise est en effet la seule du pays qui délivre encore une prime directe quand vous installez des panneaux chez vous, c’est ce qu’on appelle les fameux "certificats verts". Et ce, pour une période de 10 ans.

Le ministre bruxellois de l'Energie, Alain Maron, vient de prendre une décision dans ce dossier. Il va revoir le système de soutien au photovoltaïque. Il suit par-là les recommandations de Brugel, le régulateur bruxellois de l'énergie : le nombre de certificats verts sera revu à la baisse.

Pour les petites installations, les ménages bruxellois recevront 17% de certificats en moins. Quant aux grandes installations, la baisse atteindra les 42%.

La promesse est la même qu'au début : on vous promet toujours un retour sur investissements en 7 ans. Mais comme aujourd'hui, ça coûte beaucoup moins cher d'installer des panneaux photovoltaïques, c’est sur les certificats verts que l’on agit.

Eviter de créer une bulle

"Avec un système trop avantageux, expliquait début août Adeline Moerenhout, porte-parole de Brugel, on pourrait avoir une explosion des installations sur les toits, entraînant une multiplication des certificats verts. Et, au final, les personnes n’arriveraient plus à vendre leurs certificats verts, vu qu’il y en aurait trop sur le marché."

Ça, c’est pour le risque encouru. Autre question qui se pose : installer des panneaux photovoltaïques restera-t-il dès lors intéressant, financièrement parlant ? D’après Brugel, la réponse est "oui". Sachez en tout cas, que si vous avez déjà installé des panneaux, vous n'êtes pas concerné, puisqu’il n'y a pas d'effet rétroactif.

Dans la presse, le ministre Alain Maron mise sur l'entrée en vigueur de cette modification en avril 2020. Et pour être complet, rappelons enfin qu’à partir de 2020, les propriétaires de panneaux devront à leur tour payer l'utilisation du réseau.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK