A Bruxelles, la porte d'Anvers devrait bientôt changer de visage

Le réaménagement de la porte d'Anvers devrait commencer le 6 janvier et durer au moins 6 mois
Le réaménagement de la porte d'Anvers devrait commencer le 6 janvier et durer au moins 6 mois - © Tous droits réservés

En hiver et sous une pluie glacée, le quartier n’est pas très souriant. La porte d’Anvers est située le long de la petite ceinture, entre les places Rogier et Yser, la circulation y est intense en cette fin d’après-midi. Sur les trottoirs, des gens pressés vont reprendre le métro et quelques jeunes femmes tentent de se réchauffer dans l’encoignure des portes. Seuls le "fritkot" au milieu de la place et juste au coin, un petit supermarché aux néons verts, rappellent que le quartier de l’Alhambra (un autre nom pour désigner la porte d’Anvers) abrite aussi de nombreux appartements. Les habitants s’apprêtent à vivre dans un chantier qui durera au moins six mois et qui devrait remettre ici un peu plus de convivialité.

Rendre le quartier plus accueillant pour les familles

Petite visite des lieux avec l’échevin des Travaux publics et de la Mobilité à la ville de Bruxelles, Bart Dhondt (Groen). "C’est actuellement, et cela restera, un axe de sortie du centre-ville pour rejoindre la petite ceinture. Mais avec ce réaménagement, nous allons transformer l’espace public pour permettre aussi des lieux de rencontres entre les habitants. Le fritkot restera, la station Villo sera déplacée pour libérer de l’espace. Nous allons aménager une fontaine, bref, instaurer une dynamique positive pour encourager les familles qui veulent s’installer en ville." On notera toutefois qu’il ne devrait pas y avoir de bancs sur la place réaménagée. Les riverains redoutaient qu’ils ne deviennent un point d’ancrage pour la prostitution de rue déjà bien présente dans le quartier.

Un réaménagement souhaité par les riverains depuis 2015

Gérard habite le quartier depuis une quinzaine d’années. Ce réaménagement, lui et d’autres membres du comité de quartier Alhambra, le réclamaient depuis plusieurs années. "Cela nous tenait à cœur depuis cinq ans, alors oui, la période de travaux est toujours difficile à vivre pour les riverains mais si nous allons vers un mieux, nous les supporterons". Aller vers un mieux, c’est d’ailleurs ce que semblent avoir compris les investisseurs privés qui viennent de rénover plusieurs immeubles à appartements dans le quartier.

Chasser la prostitution ? Ce n’est pas le but mais la probable conséquence

Le nouveau visage de la porte d’Anvers devrait donc améliorer la qualité de vie des riverains. Elle pourrait aussi repousser plus loin la prostitution. "Ce n’est pas l’objectif", affirme l’échevin Bart Dhondt mais il reconnaît que la pression sociale renforcée par les nouveaux habitants aura peut-être cet effet. Chez Espace P, l’association qui défend les prostituées, on ne dit pas autre chose. "Améliorer la vie du quartier, on n’est pas contre mais que vont devenir ces filles déjà très vulnérables." Gérard, le riverain, doute, lui, de l’impact des travaux sur la prostitution. Le problème est complexe et elles sont, comme nous, des victimes d’un système.

Plus d’informations sur les travaux : https://www.bruxelles.be/reamenagement-de-la-porte-danvers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK